Navigation – Plan du site
2014

Christian Ruby, Spectateur et politique : d’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ?

Patrick Javault
Spectateur et politique : d’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ?
Christian Ruby, Spectateur et politique : d’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ?

Bruxelles : La Lettre volée, 2014, 191p. 22 x 16cm, (Essais)

ISBN : 9782873174361. _ 21,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Il faut bien de la témérité pour entreprendre en cent-quatre-vingt-dix petites pages une « enquête dans l’archipel du sensible au sein duquel se croisent (sic) Gilles Deleuze, Michel Foucault, Jean-François Lyotard et Jacques Rancière », et bien du contentement de soi pour livrer au public ladite enquête. Sur le ton de celui qui est un peu comme chez lui dans la French Theory, Christian Ruby nous inflige une succession de sornettes, de phrases bizarrement construites, d’entorses à la syntaxe, de tortures infligées à la langue (« le présupposé spectatorial de l’œuvre classique ») et de métaphores mal choisies ou simplement incompatibles. Outre cela, il surcharge jusqu’à la nausée son texte du mot « sensible » et de la locution « grand récit ». Il suffit de citer quelques-unes des phrases et tentatives de paraphrases du chapitre consacré à Foucault (considéré comme « critique formaliste ») pour mesurer la puissance d’obscurcissement de cet agitateur de mots : « Ce qui est central pour notre propos, c’est la manière dont Foucault enchâsse la question du spectateur dans la matérialité de la peinture » ; « Il [Edouard Manet] fait émerger le support, la toile, l’espace sans les masquer" ; « Velasquez (sic) se représente regardant le point où se situe l’œil du spectateur. En cela le spectateur est pris à parti » (sic) ; « ce dernier [Edouard Manet] forçant le spectateur à avoir envie de tourner autour de la toile et de changer la position assignée afin d’arriver à voir ce qu’il sent avoir à voir ». Stoppons là. Si la bibliographie de l’auteur témoigne d’une préoccupation ancienne pour la question du spectateur, il apparaît clairement ici que la question du lecteur a cessé de le concerner. D’ailleurs, à quel lecteur croit-on s’adresser quand on écrit « le poète et philosophe Schiller », « le peintre Barnett Newman », ou « le romancier James Joyce » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Javault, «  Christian Ruby, Spectateur et politique : d’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ? », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/17552

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org