Navigation – Plan du site
Livres par auteur

Adolf Max Vogt. Le Corbusier, le bon sauvage : vers une archéologie de la modernité

Alice Thomine
Référence(s) :

Vogt, Adolf Max. Le Corbusier, le bon sauvage : vers une archéologie de la modernité, Gollion : Infolio, 2003, (Archigraphy)

Texte intégral

  • 1 La Chaux-de-Fonds et Jeanneret : avant Le Corbusier, Niederteufen : A. Niggli, 1983
  • 2 Brooks, H. Allen. Le Corbusier’s formative years, Charles-Edouard Jeanneret at La Chaux-de-Fonds, C (...)
  • 3 Le Corbusier before Le Corbusier, New Haven-London : Yale University Press, 2002
  • 4 Le Corbusier (Marie-Jeanne Dumont éd.), Lettres à Auguste Perret, Paris : Le Linteau, 2002

1La publication de ce tout nouveau livre sur Le Corbusier invite à s’interroger sur la place qu’il tient dans l’immense bibliographie consacrée au “monstre” du Mouvement Moderne. Ainsi, l’ouvrage d’Adolf Max Vogt axé sur la jeunesse et la formation du Corbusier —paru en allemand en 1996, traduit en anglais en 1998, puis en français en 2003— s’inscrit dans le cadre d’un important ensemble de travaux portant sur ce sujet : en 1982, l’exposition du Musée de La Chaux-de-Fonds, La Chaux-de-Fonds et Jeanneret : avant Le Corbusier1, la publication, en 1997, des recherches fondatrices d’H. Allen Brooks2, le catalogue de l’exposition présentée à Zürich puis à New York en 2002 Le Corbusier before Le Corbusier3 ou encore, la même année, l’édition des lettres adressées par Le Corbusier à son maître Perret4. Cependant, le théoricien suisse adopte un point de vue original : il dépasse l’interprétation factuelle des premières années du Corbusier en procédant à une “archéologie de la modernité”, c’est-à-dire en interprétant à rebours son œuvre à partir du contexte culturel qui a marqué sa formation —le développement des connaissances préhistoriques en Suisse autour de La Tène (la thèse principale de Vogt est que la construction sur pilotis lui aurait été suggérée par l’étude des modes de construction préhistoriques), la connaissance de Jean-Jacques Rousseau, le voyage en Orient, ou encore l’amitié avec William Ritter.

  • 5 En premier lieu : Rykwert, Joseph. On Adam’s house in Paradise, The idea of the primitive hut in ar (...)
  • 6 Même si l’exposition, organisée par la Caisse Nationale des Monuments Historiques en 1988, Le Corbu (...)

2En mettant en évidence les liens qui existent entre les innovations architecturales du Corbusier et les références qui ont nourri ses premières réflexions, A. M. Vogt participe au mouvement de réévaluation du Mouvement Moderne qui caractérise l’histoire de l’architecture du XXe siècle depuis plus d’une trentaine d’années : nombreux sont ceux qui ont cherché à démonter le mythe de la tabula rasa, soit en mettant en évidence les constructions doctrinales ou historiographiques qui fondent le Mouvement Moderne, soit en révélant ce qu’il doit aux styles dits “historiques”. L’architecture du XXe siècle a ainsi été mise en relation avec une forme de primitivisme, se traduisant par une volonté de retour aux origines qui animeraient les intellectuels depuis le XVIIIe siècle5. Mais personne avant A. M. Vogt n’avait adopté cette approche de façon aussi systématique ni osé l’appliquer à une figure aussi emblématique que celle du Corbusier6. Si cet ouvrage n’échappe pas à quelques démonstrations frustrantes car trop rapides, à quelques développements discursifs détournant le lecteur de la démonstration, à quelques procédés littéraires qui peuvent agacer, il est éminemment convaincant et stimulant.

Haut de page

Notes

1 La Chaux-de-Fonds et Jeanneret : avant Le Corbusier, Niederteufen : A. Niggli, 1983

2 Brooks, H. Allen. Le Corbusier’s formative years, Charles-Edouard Jeanneret at La Chaux-de-Fonds, Chicago : The University of Chicago Press, 1997

3 Le Corbusier before Le Corbusier, New Haven-London : Yale University Press, 2002

4 Le Corbusier (Marie-Jeanne Dumont éd.), Lettres à Auguste Perret, Paris : Le Linteau, 2002

5 En premier lieu : Rykwert, Joseph. On Adam’s house in Paradise, The idea of the primitive hut in architectural history, New York : Museum of Modern Art, 1972

6 Même si l’exposition, organisée par la Caisse Nationale des Monuments Historiques en 1988, Le Corbusier, le passé à réaction poétique ouvrait les pistes développées de façon méthodique par Adolf Max Vogt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Thomine, « Adolf Max Vogt. Le Corbusier, le bon sauvage : vers une archéologie de la modernité », Critique d’art [En ligne], 23 | Printemps 2004, mis en ligne le 23 février 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1752

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org