Navigation – Plan du site
Portraits / Portraits

documentation céline duval

Jérôme Dupeyrat
Traduction(s) :
documentation céline duval
Peepshow : documentation céline duval
Peepshow : documentation céline duval

Thouars : La Chapelle Jeanne d’Arc, 2014, non paginé, ill. 21 x 15cm

Préf. d’Eva Prouteau. Texte de Christian Besson

Haut de page

Texte intégral

1L’archiviste et l’iconographe sont deux figures majeures de la création actuelle, ainsi qu’en attestent publications et expositions depuis une dizaine d’années. Le travail de documentation céline duval s’inscrit dans cette perspective. Depuis 1998, l’artiste a constitué un fonds d’images photographiques composé de ses propres clichés, de photographies amateurs, de cartes postales et d’illustrations de magazines. Penser, classer, se saisir de la dimension plastique de ces images est ce à quoi s’emploie Céline Duval (née en 1974), en s’attachant aux représentations que celles-ci véhiculent et à la possibilité d’une écriture visuelle.

2La connaissance que l’on a de sa production est largement tributaire de ses premières éditions, dont la Revue en 4 images, comptant 60 parutions (entre 2001 et 2009) : un format proche du A3, imprimé en noir et blanc au recto, et plié de sorte à former un livret de 4 pages contenant autant d’images. Provenant de fonds photographiques amateurs (celui de l’artiste ou des coéditeurs de chaque numéro de la revue), ces images entrent en relation par analogies thématiques, formelles ou narratives, soutenues par une attention au montage qui s’est depuis largement confirmée.

3La Revue en 4 images exprime une parenté avec Hans-Peter Feldmann —Céline Duval a d’ailleurs réalisé sept publications avec lui (Cf. la série Cahier d’images en 2001-2002)—, et une prédilection pour l’édition dans ses formes les plus légères encourageant une relation démocratique à l’œuvre d’art.

4Livres d’artistes et vidéos conçus par documentation céline duval conjuguent classement, montage, remédiation et remise en circulation des images, en vue d’une sorte d’anthropologie artistique de la culture visuelle.

5Sans remettre en cause ces principes, l’activité de l’artiste connaît plusieurs évolutions notables depuis quelque temps. Ainsi élargit-elle sa pratique de relecture d’images à d’autres fonds que le sien, y compris à des fonds visuels non photographiques. Le spectre chronologique de son travail s’en voit élargi, par exemple avec le fonds Maciet conservé à la bibliothèque des Arts décoratifs, dont la plupart des images sont antérieures au XXe siècle.

6Tout en introduisant dans ses réalisations un biais documentaire (Les Photographies du géologue et Les Images de Thouarsbavardent, vidéos, 2014), l’artiste porte par ailleurs une attention de plus en plus marquée à la dimension plastique, voire picturale, des images qu’elle s’approprie et dont les représentations culturelles ou sociales sont tributaires de formes et de constructions visuelles.

7Non sans lien, c’est enfin la pratique de l’exposition qui s’affirme dans son travail. Si l’édition reste son support de prédilection, l’exposition lui permet d’élaborer des formes qui excèdent les seules logiques de la reproduction et de la diffusion imprimées ou qui les renouvellent dans un déploiement spatial.

8Ainsi peut-on apprécier les évolutions de cette démarche artistique et mesurer ce qui en constitue les enjeux constants. Documentation céline duval étudie sensiblement les images, pour mieux les comprendre, pour savoir quoi en faire ou comment se positionner à leur égard. Elle souligne leur ambivalence, entre une universalité rassembleuse et humaniste et une uniformité qui exprime et produit du conformisme.

9Les images qu’elle s’approprie sont appréhendées du point de vue des représentations, mais aussi de leur matérialité, de leur corporéité. En pesanteur, dans l’eau ou dans l’air en particulier, les corps sont, de façon autoréflexive, omniprésents dans ses œuvres. Il y a là une érotique des images, mais aussi des enjeux politiques, à l’instar des questions de genre récurrentes dans l’activité de l’artiste.

10Enfin, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, le propos le plus profondément ancré ici est peut-être celui de la disparition des images. Derrière la répétition des représentations identiques ou analogues, elles disparaissent en se succédant, en se recouvrant (dans les pages du livre, dans les diaporamas) ou bien en dépendant d’une projection par moment inopérante (comme dans l’exposition au centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc à Thouars, en 2014). Elles sont parfois même détruites, à l’instar des photographies extraites de magazines qui sont à la fois enregistrées et consumées dans la série de vidéos Les Allumeuses (2011). Etudiante, déjà, c’est avec du chocolat ou de la cire que l’artiste construisait des sténopés pour la prise de vue de ses photographies. La lumière, condition de leur apparition, en provoquait alors aussi la destruction.

L’art du classement, autoportrait par procuration, 2011 © documentation céline duval, courtesy Semiose galerie

Haut de page

Bibliographie

Repères bibliographiques :

Aubart, François. Cf., Rennes : éd. 2.0.1, 2010

Chabert, Garance. Mole, Aurélien, « Artistes Iconographes », Art21, n°25, 2009, p. 18-27

Détré, Natacha. Les Relecteurs d’images (thèse sous la dir. de Christine Buignet), Université Toulouse 2, 2014

Dupeyrat, Jérôme. « Dé-montage du désir » (documentation céline duval, Les Allumeuses), journal de l’exposition Scroll infini, Noisy-Le-Sec : La Galerie, 2015, n.p.

Leguillon, Pierre. « L’art conceptuel des familles », in Instants anonymes, Strasbourg : Musées de la ville de Strasbourg, p. 134-137

Pigeat, Anaël. « documentation céline duval, ou la disparition des images », Art press, n°408, février 2014, p. 55-60

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’art du classement, autoportrait par procuration, 2011 © documentation céline duval, courtesy Semiose galerie
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/17132/img-1.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Dupeyrat, « documentation céline duval », Critique d’art [En ligne], 44 | Printemps/Eté 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/17132 ; DOI : 10.4000/critiquedart.17132

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org