Navigation – Plan du site
Éditorial

Dans les pas de…

Jean-Marc Poinsot

Texte intégral

  • 1 Nicolas, Bourriaud. Postproduction, Dijon : Les Presses du réel, 2003, p. 5

1Dans leurs articles respectifs, Maria Stavrinaki et Dominique Poulot mettent l’accent sur les questions relatives à l’herméneutique, à la visite renouvelée de certains auteurs et textes déjà très visités. Pour sa part, Nicolas Bourriaud dans Postproduction écrit ceci : « Depuis le début des années quatre-vingt-dix, un nombre sans cesse croissant d’artistes interprète, reproduit, ré-expose ou utilise des œuvres réalisées par d’autres, ou des produits culturels disponibles. Cet art de la postproduction correspond à la multiplication de l’offre culturelle, mais aussi, plus indirectement, à l‘annexion par le monde de l’art de formes jusque-là ignorées ou méprisées. De ces artistes qui insèrent leur propre travail dans celui des autres, on peut dire qu’ils contribuent à abolir la distinction traditionnelle entre production et consommation, création et copie, ready-made et œuvre originale. »1

2C’est un truisme d’affirmer l’absence de génération spontanée des œuvres d’art comme des idées, mais il semble possible, au regard de la masse des ouvrages publiés ces six derniers mois, de prendre les propos qu’ils développent, comme des invites à lire et à regarder à nouveau ce qui s’est produit, dit, écrit, et archivé. Ainsi le parcours le plus roboratif auquel cet éditorial pourrait vous inciter, serait celui des chemins déjà foulés par d’autres et pourtant si pleins de surprises et de découvertes.

3Que ces parcours soient classiques comme ceux dont Dominique Poulot rappelle l’attention centrale portée à Winckelmann (Pomian, Pommier, Recht), au sens où ils visitent un savoir qu’il s’agit de transmettre, ou plus positivistes, comme celui qui nous conduit avec l’exposition du Musée d’Orsay Aux origines de l’abstraction 1800-1914, ils nous font entrevoir deux grands chantiers auxquels l’histoire de l’art en France s’est attelée depuis plusieurs décennies à savoir l’histoire de l’histoire de l’art et celle des sources de la modernité.

4Ou bien, qu’il s’agisse des chemins de traverse avec Eric Darragon et Bruno-Nassim Aboudrar rendant compte respectivement des ouvrages de Hans Belting et de Daniel Arasse, ils m’incitent à vous suggérer une lecture parallèle des deux ouvrages Le Chef d’œuvre invisible et Les Visions de Raphaël avec quelque préférence pour le second en ceci qu’il décrasse le regard.

5Quant aux sources de la modernité dont Maria Stavrinaki souligne qu’elles n’ont encore été que trop peu explorées avec un point de vue interdisciplinaire, on entrevoit l’immense chantier des relations de la science à l’art au XIXe siècle grâce à l’ouvrage dirigé par Pascal Rousseau, mais on en découvre aussi d’autres aspects avec L’Invention du dessin d’enfant en France, à l’aube des avant-gardes d’Emmanuel Pernoud que présente avec toute l’importance qui lui est due Corine Pencenat. Ce dernier ouvrage aidera indéniablement le lecteur à saisir plus finement les enjeux de l’Art brut (John Maizels) et de son inventeur (Jean Dubuffet, Jean Paulhan : correspondance, 1944-1968). Dans les paradoxes de la modernité signalons également l’ouvrage d’Adolf Max Vogt Le Corbusier, le bon sauvage : vers une archéologie de la modernité dont l’auteur suggère un rapprochement entre le développement des connaissances sur la préhistoire dans les années de formation de l’architecte et son utilisation ultérieure des pilotis.

6Reconsidérer les œuvres et les événements à l’aune de nouvelles archives est indispensable : Androula Michael espère que la publication par la Réunion des Musées Nationaux d’un ouvrage sur les archives de Picasso permettra enfin que celles-ci soient plus largement ouvertes aux chercheurs. Tous les documents ne se substituent pas pour autant à de bonnes intuitions ou convictions. Ainsi les entretiens d’Ernst Beyeler et de Christophe Mory nous apprennent que William Rubin, conservateur au MoMA, fut accompagné par le marchand suisse Beyeler chez Picasso pour tenter une tractation autour de La Guitare en tôle. Il voulait échanger La Guitare en tôle contre un petit Cézanne, mais il se heurta à la générosité et à l’intelligence de Picasso qui lui offrit la guitare sans contrepartie. Rubin contribua par son acharnement à proposer dans les articulations de la collection du MoMA le rôle central des œuvres fondatrices de la modernité. Son expertise avait suffi à payer l’acquisition qui proposait une nouvelle lecture des relations entre peinture et sculpture au début du siècle.

7La production éditoriale de ce semestre comporte encore d’autres documents et ouvrages susceptibles d’aider à recomposer l’idée de la première moitié du siècle dernier : le catalogue raisonné des dessins de presse de Juan Gris, le catalogue de l’exposition Jean Cocteau ou les ouvrages sur les relations de la France et des Etats-Unis (Paris, capitale de l’Amérique : l’avant-garde américaine à Paris, 1918-1939 et L’Action artistique de la France aux Etats-Unis 1915-1969 d’Alain Dubosclard) et enfin dans un tout autre registre la traduction sous le titre d’Espace dynamique des écrits de Rudolf Laban —premier chorégraphe à proposer une méthode systématique de notation du mouvement.

8La seconde moitié du XXe siècle commence par une plongée dans l’abondante production textuelle d’Isidore Isou, dont les éditions Al Dante en ont réuni 1382 pages. Après le Lettrisme, il sera possible de revisiter l’Art conceptuel dans la traduction française du livre de Tony Godfrey et des écrits de Mel Bochner. Thierry Davila regrette que Godfrey n’ait pas suffisamment fait la part “entre pratique conceptuelle et art conceptuel à proprement parler”, mais il est difficile cependant de lui en faire grief tant les années 1966-1972 qui furent témoins de la “dématérialisation de l’art” selon Lucy Lippard ont été marquées par un phénomène d’ensemble. Bochner lui-même en était assez convaincu pour consacrer à l’ouvrage de cette dernière une chronique immédiatement après sa parution. J’insisterai avec T. Davila pour souligner le choix judicieux des éditeurs de Bochner associant fac-similé des revues et traductions des textes. Avec Bochner on mesure sur l’ensemble de ces années le rôle que des artistes comme Judd, Morris, Smithson, Graham, Matta-Clark ont joué par leurs écrits critiques autant que théoriques dans la presse artistique américaine. Ce moment est resté sans équivalent.

9A la fin des années 1960, Gina Pane exposait ses premiers travaux et faisait ses premières performances. Saisissant l’occasion de la sortie des textes réunis sous le titre Lettre à un(e) inconnue), le comité de rédaction de Critique d’art a proposé de consacrer le deuxième dossier d’archives à cette artiste qui fut si proche de François Pluchart et de Pierre Restany. Janig Bégoc et Sophie Delpeux donnent la preuve, si cela était nécessaire, que les archives des critiques sont souvent le meilleur endroit pour y trouver des documents décisifs sur la manière dont au cours d’un dialogue l’œuvre se construit et se précise. Aux Archives de la critique d’art, l’expérience prouve que l’on a tout à gagner à interroger les fonds de façon croisée.

10La génération de Gina Pane fut probablement celle où la contribution des femmes à l’art contemporain s’affirma avec le plus de force et de qualité, mais combien d’artistes de cette génération ont-elles été l’objet récemment de publications décisives ? Il convient d’autant plus de saluer le catalogue de la première exposition de Valie Export en France, une artiste autrichienne qui sut trouver sa place face aux Actionnistes viennois.

11Dans un autre registre, le catalogue de la rétrospective de Sophie Calle au Centre Pompidou mérite qu’on s’y arrête. En effet, autant l’accrochage de l’exposition a conduit les visiteurs à s’absorber dans la lecture de ses textes avec la même conviction que dans celle de la presse du cœur, autant le catalogue ménage avec soin une diversité de types de lectures, comme le note Denys Riout : celle des textes, celle des images, mais aussi celle des pièces composées des deux reproduites dans leurs installations et insérées comme autant de pièces rattachées à la pagination courante.

12Reste à terminer avec ceux qui proposent les premières lectures et qui témoignent, n’en déplaisent à certains, du dynamisme de la critique : Nicolas Bourriaud d’abord dont Postproduction propose une suite à L’Esthétique relationnelle, Eric Troncy qui persévère à prendre plaisir dans la préparation d’expositions menées seul ou avec d’autres (Coollustre…), et dans un autre registre moins spectaculaire, mais efficace sur la durée, Jacinto Lageira avec les deux volumes de textes publiés à La Lettre volée. Ils sont parus initialement pour partie dans ce laboratoire critique qu’est Parachute.

Haut de page

Notes

1 Nicolas, Bourriaud. Postproduction, Dijon : Les Presses du réel, 2003, p. 5

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Dans les pas de… », Critique d’art [En ligne], 23 | Printemps 2004, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1712

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org