Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Claude Closky

Pascal Beausse

Texte intégral

Claude CloskyAfficher l'image
Crédits : Photo : Joséphine de Bère‎

1Si ce portrait de Claude Closky était rédigé par l’artiste lui-même, ce serait sans doute un montage constitué d’extraits de portraits de “gens”, tels que la presse grand public a pris l’habitude d’en publier en quantités, puisque le People se vend bien. Ce pourrait être aussi, à la manière closkyienne, un palimpseste de son portrait publié en quatrième de couverture de Libération le 10 avril 2001. Dans le style de tel magazine de consommation culturelle, je pourrais également commencer le portrait de Closky par la description de la couleur de ses chaussettes ou la longueur de sa barbe. Mais je n’ai pas visité l’atelier de l’artiste pour préparer son portrait. Puisque la tête de Closky se trouve sur le Net, sur un des multiples sites de la nébuleuse virtuelle qu’il a créée1.

  • 2 Voir Paul, Frédéric. Claude Closky, Paris : Hazan, 1999 (pour plus d’informations sur l’ouvrage, vo (...)
  • 3 “Claude Closky”, entretien avec Bénédicte Chenu et Frédéric Fournier, Crash, Hors-série, 2000.

2On a connu son travail au tout début des années 1990, avec de simples dessins au stylo bille sur feuille A4, et de petits livres rassemblant des taxinomies tautologiques telles que Les 1000 premiers nombres classés par ordre alphabétique ; et puis, dans le désordre de la mémoire, une colonne de pièces jaunes de 10 centimes donnant une mesure monétaire de l’espace entre sol et plafond : 238 francs et 30 centimes (1994), des frises marabout-bout de ficelle faisant s’enchaîner des images de produits découpés dans les prospectus de supermarché : De 1 à 1000 francs (1993), un agencement pseudo-minimaliste de seize cartons au sol déclinant Toutes les façons de fermer une caisse en carton datant de 1989, année officielle où s’origine son travail tel qu’on le connaît depuis2. On écrivait alors un peu facilement et répétitivement que son travail était proche de celui de Georges Perec, ce qui n’est pas tout à fait faux puisque l’on peut effectivement trouver une filiation avec l’auteur de Penser/Classer, mais par trop réducteur. Les actions d’énumérer, classifier et accumuler, qui fondent les bases de sa méthode de travail, sont une façon sans concession de décrire le mode de vie contemporain de l’individu moyen, le consommateur lambda, en renvoyant “dos à dos le travail et le produit de ce travail”3.

  • 4 Voir entre autres : Zahm, Olivier. Claude Closky - Magazines, Paris : Purple Books, 1998 ; Claude C (...)

3Closky déduit son style mimétique de la forme des discours dominants émis par les canaux des mass-médias. Le détournement par appropriation des signes médiatiques est une façon de pousser à bout les logiques de l’hypermodernité, jusqu’à l’oxymore d’un ton tout à la fois implacablement cohérent et doucement absurde. Cette matière inépuisable offerte par les flux du journalisme automatique et du publicitaire “créatif”, bruit de fond de nos vies quotidiennes, est mise en abîme par l’artiste. Ce qui le conduit à donner à ses catalogues l’aspect de vrai-faux magazines4. Claude Closky est un méta-média : il met en boucle les modèles de représentation majoritaires pour révéler avec un humour grinçant la vérité de la société de l’information, où seul compte le renouvellement constant de l’affichage des données — ad libitum.

Haut de page

Notes

1 www.sittes.net

2 Voir Paul, Frédéric. Claude Closky, Paris : Hazan, 1999 (pour plus d’informations sur l’ouvrage, voir : Critique d’art, n° 15, p. 17-19)

3 “Claude Closky”, entretien avec Bénédicte Chenu et Frédéric Fournier, Crash, Hors-série, 2000.

4 Voir entre autres : Zahm, Olivier. Claude Closky - Magazines, Paris : Purple Books, 1998 ; Claude Closky : Hello and Welcome, Bignan : Domaine de Kerguéhennec - Ibos : Centre d’art contemporain Le Parvis, 2003 (voir la notice n° 123 dans ce numéro-ci de Critique d’art).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Beausse, « Portrait. Claude Closky », Critique d’art [En ligne], 24 | Automne 2004, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1703 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1703

Haut de page

Auteur

Pascal Beausse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org