Navigation – Plan du site
Archives

Richesses et dénuements des premières archives de l’AICA

Ramon Tio Bellido

Texte intégral

1C’est au terme d’une convention d’apport datée du 25 février 1996 que l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA) a déposé une grande partie de ses archives à Châteaugiron, aux Archives de la critique d’art.

2Ces documents forment en soi un assez bel ensemble, puisqu’ils occupent, métriquement, 19 mètres linéaires d’étagères. Cet apport s’est enrichi depuis, car, comme le préconisait Pierre Restany, le bureau de l’AICA, plutôt que de jeter, dégraisse la stratification résultant de ses congrès, réunions, colloques et apports variés, soit environ biannuellement un bon double mètre supplémentaire. Une destination légitime et conforme aux missions instaurées aux Archives de la critique d’art, depuis leur création en 1989, qui est non seulement de conserver mais aussi d’exploiter les richesses insoupçonnées de ce qui, fort heureusement, n’a pas fini dans les poubelles publiques et, partant, celles de l’histoire.

  • 1 Histoires des 50 ans de l’association internationale des critiques d’art/AICA = Historias de 50 ano (...)

3Car les archives ça sert à ça justement, à refaire et corriger l’histoire, ou plutôt les histoires, comme le rappelait le titre de l’ouvrage que l’AICA a publié voici deux ans, à l’occasion de son cinquantième anniversaire, déjà !1

  • 2 Une présentation des “origines & objectifs de l’AICA” est proposée sur le site www.aica-int.org

4Dans cette publication, il était question de la création de l’AICA2 en 1950, puisque l’article d’Hélène Lassale était consacré aux deux premiers Congrès qui avaient vu sa fondation. Dans son texte, elle souligne que ses sources proviennent essentiellement des archives conservées à Châteaugiron, et que celles-ci, bien que passionnantes, sont au fond assez chiches en termes de diversité, puisque, outre les tapuscrits des procès-verbaux de ces deux rencontres, c’est essentiellement de la revue Arts que proviennent quelques commentaires sur ces événements. Or, comme on n’est jamais si bien servi que par soi-même, et à bien vérifier les signataires dans ce magazine, on n’est guère étonné d’y voir les plumes de Jean Cassou, René Huyghe, Simone Gille-Delafon, ci-devant secrétaire générale de l’AICA. On est encore moins étonné, au fond, de lire des articles préoccupés par des questions professionnelles, corporatistes, donnant la priorité à des problèmes de définition entre critique et historien de l’art, insistant sur la nécessité de faire connaître l’art au plus large public, attirant l’attention sur les difficultés d’attribution en termes de droits d’auteur et de reproductions, et sur les usages incontrôlés qui en découlent ; ou bien, mais nous le verrons plus loin, des articles davantage “revue mondaine”, rendant compte des visites et autres réceptions dont étaient gratifiées les personnalités invitées.

In Arts, 8 juillet 1949.

In Arts, 8 juillet 1949.

Archives de la critique d’art, Fonds AICA

5Hélène Lassale constate combien les fondateurs de cette association sont restés prudents, à lire les minutes des interventions, sur les questions esthétiques de l’heure, comme si les débats entre Léon Degand, André Chastel, Lionello Venturi ou autres Charles Estienne, devaient se tenir ailleurs, ou dans d’autres circonstances que celle de l’hémicycle où était assemblé cet éminent aréopage.

  • 3 Gille-Delafon, Simone. “Paul Fierens, président de l’association internationale des critiques d’art (...)

6Ce n’est pas davantage dans les coupures de presse qui ont accompagné le deuxième congrès fondateur en juillet 1949, que nous trouverons mention d’éventuelles querelles esthétiques. On y fait plutôt allusion à la bonne tenue de ces journées, et, ordre du jour oblige, on y salue « l’acharnement dans l’accomplissement [du] travail indispensable, mais ingrat [de la ratification des statuts de l’Association], facilitée par [l’entente des treize sections nationales présentes, leur] bonne volonté et la cordialité de chacun »3. Et on y apprend aussi que les personnalités présentes au Congrès se distraient, et qu’elles visitent Versailles, Rambouillet et la cathédrale de Chartres, prennent la direction des châteaux de la Loire avec, pour finir ce périple, un somptueux souper dans la salle de vénerie de Cheverny, où les attend leur hôte, le Comte de Vibraye et “les fanfares des trompettes de chasse massées de part et d’autre du grand perron”. Mais au-delà de ces mondanités, les congressistes ont aussi visité des expositions de Paul Gauguin, Georges Braque, Henri Matisse ; ils se sont rendus dans les tous nouveaux musées Bourdelle et de l’Ile-de-France à Sceaux, et ont eu droit à une visite privée, en soirée, au Louvre.

7Il est dommage, comme souvent, que nous ne disposions pas de photographies de ces deux réunions. N’est-ce pas en effet rageant de constater combien ce genre de document fait tellement défaut, comme si les scènes de telles circonstances étaient physiquement vides ; comme si, le sachant, on n’arrivait pas à corriger cette pratique trop coutumière, même en nos temps désormais numérisés… De ces années-là, donc, point de repères portraiturés, ou alors sont-ils le fait de l’un des impétrants qui les a rangés dans ses photographies de famille, et, vus les âges des capitaines de cette époque, ce sera bientôt, sinon déjà, à leurs héritiers d’exhumer de telles reliques. Heureusement il nous reste des dessins, assez joliment croqués par Henri Héraut, comme La Traductrice, le menton de son gracieux minois appuyé sur le bras, pendant, on imagine, une interruption de séance ; l’incorruptible Mme Gille-Delafon, nantie d’un chapeau à plumes fiché sur son faciès sévère ; Jean Cassou, de profil et cigarette au bec ; Bernard Dorival et Charles Bernard dans un improbable face-à-face ; un imposant Waldemar George et un Lionello Venturi à l’air narquois ou goguenard.

Croquis de séances extraits de coupures de presse

Mme Gille-Delafon

Mme Gille-Delafon

Bernard Dorival et Charles Bernard

Bernard Dorival et Charles Bernard

Waldemar George

Waldemar George

Lionello Venturi

Lionello Venturi

dr, Henri Heraut — Archives de la critique d’art, Fonds AICA

8Ces gens sérieux s’amusent, mais ils travaillent aussi. La réunion de 1949 a été consacrée, essentiellement, à la fondation de l’AICA, dans le même temps, ou peu s’en faut, qu’était également créé l’ICOM (International Council Of Museums), dont de nombreux critiques faisaient également partie. Une double initiative qui se voyait, de fait, largement encouragée par l’UNESCO, qui voyait néanmoins dans la critique l’instrument de “l’interprétation de l’art auprès du public”, dont il convient « d’éduquer [la] sensibilité et [le] goût, [rejoignant] ainsi l’éducateur ». Pour l’heure, l’UNESCO promet son soutien indéfectible, mais modeste, et ce qu’elle réclame au bout du compte, c’est un travail d’expertise qui vienne seconder “la diffusion […] des reproductions en couleur des grandes œuvres de la peinture”, pour encourager la “popularisation des arts plastiques”. On ne sait pas trop quelle a été la réponse des congressistes à cette invite, sinon que le point a été mis, dans l’ordre du jour adopté, sur la nécessité d’être d’abord mieux servi soi-même, et de pouvoir bénéficier gracieusement de l’information la plus actuelle et la plus complète à un niveau international, par le don ou l’obtention, moyennant une somme symbolique, des publications sur l’art moderne et contemporain. Cette motion a été suivie d’effets, puisque ce système d’échanges semble avoir fonctionné jusqu’en 1963. Ou plutôt, pour être plus précis, nous savons que le bureau de l’AICA a ainsi constitué un fonds de catalogues et d’ouvrages tout sauf négligeable jusqu’à cette date, et que celui-ci s’est vu alors confié à la bibliothèque Forney, dans le fonds Doucet, ce qui n’est pas la pire des solutions ; fonds qui fait lui-même partie aujourd’hui de la collection de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), mais un fonds qui reste à traiter et à (ré)inventorier, sans espoir cependant de retour dans le giron originel.

  • 4 Par ordre alphabétique : Angleterre, Belgique, Brésil, Danemark, Etats-Unis, France, Grèce, Holland (...)

9Autre point à l’ordre du jour, les définitions de ce que peut être la critique, ou plutôt de son exercice et de sa représentativité. Chacun se félicite, et c’est justice, de voir rassemblés treize pays4 ; personne ne conteste que s’unissent journalistes, historiens de l’art, conservateurs et directeurs de musées, et c’est logique. Il faudra attendre le troisième Congrès, qui s’est tenu à Venise en 1951, pour qu’une motion spécifie que l’AICA « exprime le vœu que chaque critique développe son objectivité par la culture historique et chaque historien donne toute sa portée à son étude par la conscience critique ». Cette conscience, pour l’heure, est d’abord ancrée sur la défense et la liberté de l’expression artistique, et sur la nécessité de la voir s’exercer dans le contexte “d’un esprit démocratique”. On se doit de constater que, cinquante ans après, ces injonctions sont toujours de mise, mais qu’elles sont toujours aussi délicates à appliquer, eu égard au caractère œcuménique de notre association et à sa réalité vraiment internationale. Une réalité qui, bizarrement, n’a peut-être pas été suffisamment perçue dans l’urgence et l’euphorie qui primaient dans ces années de reconstruction d’après-guerre, du moins si l’on en croit les amendements que propose James Johnson Sweeney lorsqu’il demande de qualifier les membres nouvellement nommés au sein de l’AICA comme étant des “individualités” ou des “personnalités”, et en aucun cas des “représentants de différentes nations”, ce qui pourrait conduire à privilégier dans un sens dommageable de telles affiliations nationales.

Logo du 1er Congrès de l’AICA modifié en prévision du 2nd Congrès de 1949.

Logo du 1er Congrès de l’AICA modifié en prévision du 2nd Congrès de 1949.

Droit : AICA / Paris. Archives de la critique d’art, Fonds AICA

10Et Sweeney d’ajouter que cette précaution ne peut que venir renforcer la lutte contre toutes formes de censure et partant de malentendus politiques. Il semblerait, à lire le procès-verbal de cette journée, qu’il n’ait été que peu entendu, et que la commission réfléchissant sur ces questions ait convenu de supprimer le terme “homme de la rue” (sic, traduction ?) par “homme” tout court, désignant par là celui à qui s’adresse l’art sans y être impliqué de plain-pied, autrement dit le profane. C’est que là encore l’heure ne semble pas être à raviver des querelles idéologiques et que ce qui importe avant tout est bien un esprit de communion et de réconciliation.

11Pourtant, encore, Sweeney est allé bien plus loin dans son intervention, et je me dois de pouvoir le vérifier que parce que ce grand monsieur de l’art a souhaité voir confiée à l’AICA la part de ses archives qui correspondent à son engagement au sein de notre association, d’abord comme Vice-président, puis comme son Président de 1957 à 1963. Il a donc rendu compte de la situation des Etats-Unis en pleine émergence maccarthiste, et il lui a suffi de rappeler, comme exemples édifiants, l’acceptation par le Président Truman de liquider, au titre des ventes de “Surplus de guerre”, un ensemble d’œuvres américaines contemporaines provenant d’une exposition itinérante en Europe, qui s’était vue rapatriée manu militari au motif que c’était dégradant, et bien sûr tout sauf de l’art ; il lui a suffi de citer, longuement, les élucubrations du ci-devant Mr Dondero, Représentant du Michigan à la Chambre des Congrès, à qui il avait infligé lecture de son rapport sur le Communism In The Heart Of American Art-What To Do About It.

12Voici donc, sommairement exposées, les menues anecdotes des débuts de l’AICA, en gratouillant les documents dont disposent les Archives. C’est pourtant terriblement excitant que de s’y adonner, et, on le souhaite, ça le sera encore plus lorsque le fonds des archives de Sweeney viendra s’y adjoindre, suivi bientôt par celui de Wladyslawa Jaworska puis de José Augusto França, qui l’ont également présidée. Ces nouveaux apports, et à n’en pas douter d’autres, fourniront assez tôt le prétexte à une réédition des Histoires des 50 ans de l’AICA, augmentée également d’un chapitre consacré aux archives de l’association et dont les années de fonctionnement demandent vérification ; création en quelque sorte prémonitoire des Archives qui nous intéressent aujourd’hui.

Sélection de titres d’articles sur les activités de l’AICA - Presse nationale de 1949 à 1951.

Sélection de titres d’articles sur les activités de l’AICA - Presse nationale de 1949 à 1951.

Archives de la critique d’art, Fonds AICA

Haut de page

Notes

1 Histoires des 50 ans de l’association internationale des critiques d’art/AICA = Historias de 50 anos de la asociation international de criticos de arte/AICA = Histories of 50 years of the International Assoxiation of Art Critics/AICA, Paris : Aica press, 2002

2 Une présentation des “origines & objectifs de l’AICA” est proposée sur le site www.aica-int.org

3 Gille-Delafon, Simone. “Paul Fierens, président de l’association internationale des critiques d’art”, Arts, 8 juillet 1949

4 Par ordre alphabétique : Angleterre, Belgique, Brésil, Danemark, Etats-Unis, France, Grèce, Hollande, Irlande, Italie, Mexique, Suisse et Tchécoslovaquie

Haut de page

Table des illustrations

Titre In Arts, 8 juillet 1949.
Légende Archives de la critique d’art, Fonds AICA
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre La traductrice
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Titre Mme Gille-Delafon
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Jean Cassou
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-4.png
Fichier image/png, 32k
Titre Bernard Dorival et Charles Bernard
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Titre Waldemar George
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Titre Lionello Venturi
Crédits dr, Henri Heraut — Archives de la critique d’art, Fonds AICA
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Logo du 1er Congrès de l’AICA modifié en prévision du 2nd Congrès de 1949.
Crédits Droit : AICA / Paris. Archives de la critique d’art, Fonds AICA
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Sélection de titres d’articles sur les activités de l’AICA - Presse nationale de 1949 à 1951.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits Archives de la critique d’art, Fonds AICA
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1697/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ramon Tio Bellido, « Richesses et dénuements des premières archives de l’AICA », Critique d’art [En ligne], 24 | Automne 2004, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1697 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1697

Haut de page

Auteur

Ramon Tio Bellido

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org