Navigation – Plan du site
Editorial / Editorial

Frontières et tours de passe-passe

Jean-Marc Poinsot
Traduction(s) :
Boundaries and Magic Tricks

Texte intégral

  • 1  Franke, Anselm. « A travers le voile rationaliste », Critique d’art, n°44, printemps/été 2014, p.  (...)
  • 2  Franke, Anselm. Op. cit., p. 115

1« Existe-t-il une histoire de la frontière dans l’arsenal de l’imagerie moderne ? »1. Posée ainsi, la question soulevée par Anselm Franke dans « A travers le voile rationaliste », article de 2009 que nous traduisons en relation avec l’actualité de son commissariat de la biennale de Shanghai, peut paraître dogmatique si l’on ne prenait pas en compte son intérêt pour le tour de passe-passe que pratiquent les artistes et « le rôle qu’occupe l’esthétique à la fois dans la transgression et dans la constitution des espaces frontaliers modernes »2.

  • 3  SeMa Biennale Mediacity Seoul 2014: Ghosts, Spies, and Grandmothers, Seoul: Biennale Mediacity Seo (...)

2Ce que théorise Anselm Franke se retrouve au cœur des débats évoqués par Larys Frogier (« Re-cartographier l'Asie par les pratiques d'exposition », p. 14) et Peggy Wang (« Les Nouveaux récits de l’art contemporain chinois », p. 28) respectivement sur les biennales en Asie et sur l’histoire de l’art chinois. Le premier insiste sur des recompositions qui dépassent ou transgressent les Etats (on n’associera pas le mot « nation », tant la question géopolitique des découpages territoriaux est toujours en crise). Larys Frogier souligne le fait qu’il y a d’autres paradigmes de construction de récits curatoriaux que ceux privilégiés par les commissaires occidentaux autour d’arguments d’ordre très généralement anthropologique. Il en donne une idée dans son évocation des « Fantômes, espions et grand-mères » de Park Chan-Kyong pour la biennale de Séoul3. Ses propos, ceux de Peggy Wang et d’Anselm Franke entrent clairement en résonnance, mais il se peut aussi que leurs réticences vis-à-vis d’une rationalité moderne « auto-réalisatrice » trouvent un écho dans les terrains d’investigation de Marc Décimo tels qu’ils sont scrutés par Christian Besson, et la présentation des travaux d’Ann Reynolds par Larisa Dryansky.

  • 4  http://critiquedart.revues.org

3Ce numéro de Critique d’art s’interroge sur de biens nombreuses autres questions également stimulantes qui, je le crains ou l’espère, ne dispenseront pas les lecteurs de prolonger leurs réflexions dans les ouvrages eux-mêmes et pas seulement dans leurs évocations. Une synthèse de ce numéro serait abusive tant les articles de nos contributeurs ont dû résumer à l’extrême des ouvrages auxquels nos lecteurs devront se reporter. Il n’y a donc qu’une pluralité de lectures à conseiller pour se plonger dans les excitantes mises en doute néanmoins éclairantes qui nous sont proposées dans la revue imprimée, mais aussi dans les 384 notes de lecture associées à ce numéro et publiées en ligne4.

Haut de page

Notes

1  Franke, Anselm. « A travers le voile rationaliste », Critique d’art, n°44, printemps/été 2014, p. 112

2  Franke, Anselm. Op. cit., p. 115

3  SeMa Biennale Mediacity Seoul 2014: Ghosts, Spies, and Grandmothers, Seoul: Biennale Mediacity Seoul, 2014, 2 vol. Préf. de Park Chan-Kyong, Kim Hong-Hee

4  http://critiquedart.revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Frontières et tours de passe-passe », Critique d’art [En ligne], 44 | Printemps/Eté 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/16968

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org