Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Michel Journiac

Sylvie Mokhtari
Référence(s) :

Michel Journiac, Strasbourg : Les Musées de Strasbourg ; Paris : Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2004

Texte intégral

1Le présent, si fortement inscrit dans le travail de Michel Journiac (1935-95), n’a pris aucune ride. Il ne se conjugue toujours pas au passé tant sa démarche et ses œuvres vibrent encore dans le quotidien qui est le nôtre. « Le problème n’est plus le beau, mais la vie », expliquait en son temps Journiac. De fait, Emmanuel Guigon (p. 15) a raison de rappeler ce qui identifie le sens de la démarche de Journiac : « Dans la recherche d’un point de départ, c’est pour [lui] la conscience du corps viande et sang. » C’est là effectivement le début d’une démarche à rebours, dans le questionnement et la nécessité d’une « fonction fondamentale qui est de dire non ».

2Au-delà de l’exposition Michel Journiac qui a fait événement au musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (19 février-9 mai 2004), ce catalogue fournit le premier ouvrage de référence sur l’œuvre d’un artiste, peut-être —et à tort— encore trop inscrit dans le contexte artistique strictement français des quarante dernières années. Une traduction en anglais des textes du catalogue aurait, sans hésitation, été souhaitable pour aider à la connaissance de Journiac en dehors de l’hexagone —le contenu de l’ouvrage, riche et bien documenté, s’y serait parfaitement prêté.

3L’ouvrage brosse un portrait du parcours de l’artiste —le mot parcours tinte d’une manière toute particulière en ce qui concerne Michel Journiac (d’abord séminariste, poète, puis peintre, artiste, auteur de textes théoriques, enseignant…). C’est à une découverte —authentique— de l’artiste et de son œuvre que nous sommes ici conviés. Les critiques qui l’ont accompagné (Pierre Restany, François Pluchart, Catherine Millet…) sont convoqués pour témoigner et souligner l’importance de son travail. Les galeristes (Marc Martin Malburet, Rodolphe Stadler, Jacques Donguy) racontent la mise en place et la réception publique des expositions de Journiac. Les artistes et amis (Jean Daviot, Jean-Luc Moulène...) donnent sa dimension artistique et humaine à une œuvre forte et radicale (qui questionne le politique, le social, le sexuel, l’économique). Les récits des uns et des autres aident à reconstituer les actions incontournables comme Messe pour un corps (1969), Piège pour un voyeur (1969), La Lessive (1969), L’Action-Meurtre (1985)…, mais aussi plus confidentielles comme Rituel pour un mort (1976). De ces actions, il nous reste aujourd’hui des traces photographiques, filmées ou encore des “constats”.

4Chaque moment fort du parcours de Journiac est identifié, développé, mis en perspective dans cinq textes et huit témoignages. Parmi ceux-ci, Vincent Labaume signe un essai remarquable par sa qualité et son analyse. Il souligne par exemple comment Journiac a pensé son œuvre comme “communication” : “une communication visuelle et événementielle censée interroger par sa présence l’espace de la concurrence généralisée des messages, des propagandes et des informations”. Et de constater que les moulages et autres sculptures de Journiac « font irrésistiblement penser à des sortes de clichés photographiques mis en volumes, dans lesquels la “non-couleur” utilisée par Journiac, le blanc, produit un équivalent plastique du “noir et blanc” photographique, alors dominant dans la presse » (p. 38). Le travail de Journiac (alors “manipulateur d’empreintes”) trouve dans ce texte une épaisseur critique et des éléments de compréhension à la hauteur des “contrats” et autres “pièges” pensés par l’artiste. « Il ne s’agit pas d’enfanter de soi une autre image, dira Journiac l’année de sa disparition, il faut la violence du geste qui détruit une certaine image de soi-même […] » (p. 56)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mokhtari, « Michel Journiac », Critique d’art [En ligne], 24 | Automne 2004, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1685

Haut de page

Auteur

Sylvie Mokhtari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org