Navigation – Plan du site
Articles

Vito Acconci

Vincent Pécoil
Traduction(s) :
Vito Acconci
Référence(s) :

Vito Hannibal Acconci Studio, Nantes : Musée des beaux-arts ; Barcelone : Museu d’art contemporani, 2004

Vito Acconci / Acconci Studio. Espace public : une architecture en projet, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2004, (Présent composé n°3)

Texte intégral

  • 1 Il existe trois éditions du catalogue en français, en anglais et en espagnol. Après Nantes, l’expos (...)

1Accompagnant l’actualité de Vito Acconci en France (au Musée des beaux-arts de Nantes, 16 juillet-17 octobre 2004), le catalogue, très complet, Vito Hannibal Acconci Studio, est co-édité avec le Musée d’art contemporain de Barcelone (MACBA)1. Ceci est un gage de qualité, en règle générale, en ce qui concerne les publications de ce dernier. Rétrospective, la publication porte sur l’ensemble du travail protéiforme de l’artiste : poésie, performance, installations, vidéos, architecture… Pour certains domaines, l’ouvrage est exhaustif, puisque c’est par exemple la totalité des poèmes d’Acconci, publiés dans les années 1960, qui a été réunie pour la circonstance. Si les poèmes d’Acconci témoignent de certaines affinités avec le Minimalisme, le parcours de leur auteur rappelle à bien des égards celui de son collègue et ami Dan Graham. Envisageant la page comme nouveau site ou lieu de l’art, Acconci procède —d’une manière comparable au mouvement opéré par l’Art minimal et l’Art conceptuel— au déplacement de l’attention du spectateur-lecteur de l’œuvre elle-même à son cadre contextuel (en l’occurrence la page, ou la revue) pour aboutir à une prise de conscience phénoménologique, par le lecteur, de lui-même en tant que lecteur. Sylvie Mokhtari rappelle les activités d’éditeur et d’écrivain qu’Acconci a exercées, notamment dans la revue O to 9 qu’il a co-éditée de 1967 à 1969 avec Bernadette Mayer —et dont de nombreux extraits sont reproduits en fac-similé. Cette revue de littérature d’avant-garde était une publication ronéotypée et agrafée, revêtant plus l’aspect d’un fanzine que celui d’une “revue” à une époque —celle de l’Art conceptuel naissant— où la modestie des supports était valorisée.

2Ces préoccupations littéraires proches, en esprit, des courants artistiques d’avant-garde de son époque, mèneront Acconci vers l’art à proprement parler, sous la forme de la performance d’abord. Les premières d’entre elles remontent à 1969. Le catalogue suit l’évolution du travail de manière chronologique —et, du coup, accompagne aussi la logique de son développement. La célèbre Following Piece de 1969 (dans laquelle Acconci suivait des inconnus dans la rue) était ainsi à l’origine, aux dires d’Acconci lui-même, une façon de “sortir” de la littérature : « Quand j’ai fait la pièce Following Piece, c’était une façon de quitter la table de l’écrivain pour entrer dans la ville. » Les performances ainsi que les films et vidéos (puis les installations) sont documentées sobrement (souvent une seule image et un bref descriptif de la pièce). Une longue discussion entre Acconci et la danseuse Yvonne Rainer permet à l’artiste de revenir sur la situation de cross-over caractéristique du New York de l’époque, où les intérêts des danseurs, performers, musiciens, écrivains et artistes semblaient se recouper plus qu’aujourd’hui. En témoigne aussi l’entrevue de Vito Acconci avec le musicien Thurston Moore, qui rencontra Acconci pour les premières fois en 1979 —autre discussion consacrée aux activités “littéraires”, mais aussi musicales, d’Acconci. A propos de cette situation, Acconci déclare par ailleurs dans l’entretien avec Y. Rainer (p. 35) : « Rétrospectivement, je dirais que le fait d’intervenir dans le champ des arts visuels vous autorisait par exemple à voler quantité d’éléments venant d’autres champs. […] Puis progressivement, j’ai réalisé que je faisais fausse route. En d’autres termes, plutôt que de faire venir le monde dans l’art, je me suis dit que je devais désormais faire en sorte que ce soit l’art qui entre dans le monde. »

3Après avoir exploré l’espace littéraire (pris en un sens littéral, pour partie), la pratique d’Acconci va ainsi se concentrer sur l’exploration d’autres dimensions de l’espace, comme les dimensions publiques et privées. De l’espace de la page à celui du corps et de l’environnement, puis au corps social, à l’espace public (au sens légal, culturel…). La vidéo, du fait de son usage “domestique”, est l’un des outils privilégié de cette recherche, auquel succèderont les installations et les projets architecturaux.

4Un peu à part, mais tournant essentiellement —en filigranes— autour des apories et difficultés touchant à la notion d’un art “public”, l’article de Jean-Charles Massera, où il est notamment question de la révolution de la tarification aérienne et des mérites comparés des stratégies commerciales de Dell et Compaq, ramène avec un humour pince-sans-rire et passablement amer les questions d’espace public et privé, de l’ici et du maintenant, à leurs conditions socio-économiques contemporaines. L’essai part de l’art pour aller vers autre chose, comme le fait effectivement Acconci lui-même. En ce sens, l’article accompagne la démarche de l’artiste, plus qu’il ne la commente (J-C. Massera : « Je suis un écrivain, pas un artiste. Nous ne sommes pas dans un texte de catalogue, mais dans une attaque éclair. Ceci n’est pas un texte sur le travail de Vito, c’est une machine de réécriture opérant dans l’imaginaire de l’ennemi. »).

5Sa réflexion sur les espaces public et privé, leur confusion et leur distinction, amène Acconci à restructurer son activité sous l’enseigne “Acconci Studio” créée en 1988, consacrée aux projets intervenant dans l’espace urbain ou péri-urbain. Les projets dans l’espace public sont par ailleurs commentés par un texte de Lillian Pfaff, et par d’autres notices dans le catalogue. Mais c’est surtout le DVD, joint à la publication, qui apporte le meilleur éclairage sur la question. Trois films documentent les projets d’intérieurs, d’architecture ou d’aménagements urbains d’Acconci Studio. Les vues de maquettes ou de projets réalisés sont commentés en voix off par Vito Acconci, comme une visite guidée. Construit d’une manière très convaincante, le DVD est d’une qualité incomparable auprès des premiers essais poussifs du genre (je pense aux abominables CD-Rom “culturels”). Enfin, une bio-bibliographie très complète termine l’ouvrage, achevant d’en faire un ouvrage de référence incontournable pour qui s’intéresse au travail de Vito Acconci.

  • 2 Entretien réalisé par Odradek le 21.06.2001 à la Fondation ICAR, Paris
  • 3 Mokhtari, S. “Espace public et représentation”, (texte introductif)

6Parallèlement, la parution, sous forme de DVD également, de Vito Acconci / Acconci Studio. Espace public : une architecture en projet, documente les projets d’architecture d’Acconci Studio depuis 1985. Il s’agit d’un disque produit par le département des Arts plastiques de l’Université de Rennes II. Il comprend un entretien filmé de l’artiste, et une série d’images des maquettes de ses projets, accompagnées des commentaires donnés par Acconci au moment de leur présentation dans le cadre d’Architecture, Projects, Built, Unbuilt, Unbuildable. 1983-2000 (exposition présentée en 2001 à la Fondation ICAR, Paris). Moins fluide, peut-être, que le DVD réalisé par le MACBA/Nantes, l’ensemble (disque et brochure) vaut de toute manière pour l’intérêt de l’entretien avec Acconci2 et pour l’introduction synthétique sur le travail de l’artiste3.

Haut de page

Notes

1 Il existe trois éditions du catalogue en français, en anglais et en espagnol. Après Nantes, l’exposition sera visible au MACBA du 17 novembre 2004 au 20 février 2005.

2 Entretien réalisé par Odradek le 21.06.2001 à la Fondation ICAR, Paris

3 Mokhtari, S. “Espace public et représentation”, (texte introductif)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Pécoil, « Vito Acconci », Critique d’art [En ligne], 24 | Automne 2004, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1661 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1661

Haut de page

Auteur

Vincent Pécoil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org