Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

New York et l’art moderne : Alfred Stieglitz et son cercle (1905-1930)

Eric de Chassey
Référence(s) :

New York et l’art moderne : Alfred Stieglitz et son cercle (1905-1930), Paris : Réunion des Musées Nationaux, 2004

Texte intégral

1Depuis longtemps, Alfred Stieglitz est considéré, même en dehors des Etats-Unis, comme un personnage majeur de l’histoire de l’art. C’est dire que l’on pouvait attendre beaucoup de ce catalogue d’exposition, première publication en français à lui être entièrement consacrée. Plusieurs contributions tout à fait intéressantes y figurent, en particulier celle de William Camfield, qui livre une mise au point sur le rôle important de Francis Picabia à New York entre 1913-1917 (avec de nombreuses hypothèses d’interprétation) ou celle de Sarah Greenough, qui interroge la parcimonie de la documentation photographique des expositions organisées par Stieglitz. Mais elles n’empêchent pas que domine l’impression de ratage, voire de caricature.

2Publié en France (certes en partenariat avec un musée espagnol), cet ouvrage limite la participation française à un texte synthétique du commissaire d’exposition local, qui commence par affirmer indûment que les photographies de Stieglitz « n’ont jamais été montrées en France »… Le reste est essentiellement composé de textes de spécialistes américains reconnus, qui donnent un résumé plus ou moins actualisé de travaux déjà publiés en anglais, voire traduisent simplement une partie d’un livre (ici, le début de The Great American Thing de Wanda M. Corn, par ailleurs remarquable). En bref, jusque dans la bibliographie de clôture, la recherche menée en France sur l’art américain de la première moitié du XXe siècle est purement et simplement niée (écrivant ceci, je sais bien que je me retrouve dans l’inconfortable situation d’être à la fois juge et partie), à l’exception de W. Camfield qui cite et commente les apports d’Arnauld Pierre et de Carole Boulbès sur Picabia.

3Si les institutions françaises peinent à sortir d’un complexe d’infériorité vis-à-vis des Etats-Unis, ceux-ci n’abandonneront pas leurs préjugés négatifs tant que domineront dans de tels projets des conceptions de l’art et des œuvres qui permettent d’affirmer que l’on a pris soin « que les œuvres présentées aient appartenu à Stieglitz ou qu’il les ait exposées » tout en incluant des aquarelles de Cézanne dont la légende indique qu’elles sont seulement “proches” de celles exposées à 291 (la similitude iconographique ne vaut, pour cet artiste, ni de son propre point de vue, ni de celui des modernistes américains du début du XXe siècle, ni des recherches récentes)… Nombre de photographies reproduites ne sont pas non plus ce qu’elles laissent croire : tirages modernes et anciens, photogravures publiées et tirages autographes ont ici exactement le même statut, comme si des tirages et des cadrages différents n’étaient pas autant d’images différentes.

4On peut toujours penser qu’il y a là une sorte de paresse intellectuelle et muséographique dont un exemple comme Aux origines de l’abstraction (2003) pouvait laisser croire que le musée d’Orsay serait désormais incapable. Il faut croire que certains sujets continuent à s’y prêter, sans qu’on s’explique très bien pourquoi —ni pourquoi personne ne s’en émeut publiquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric de Chassey, « New York et l’art moderne : Alfred Stieglitz et son cercle (1905-1930) », Critique d’art [En ligne], 25 | Printemps 2005, mis en ligne le 21 février 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1613

Haut de page

Auteur

Eric de Chassey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org