Navigation – Plan du site
Livres collectifs

Les Ecrits d’artistes depuis 1940

Sarah Wilson
Traduction de Sophie Denis
Référence(s) :

Les Ecrits d’artistes depuis 1940 : actes du colloque international Paris et Caen, 6-9 mars 2002, Caen : IMEC éd., 2004

Texte intégral

1Edité à l’occasion du colloque qui s’est tenu à Paris et à Caen en mars 2002, cet ouvrage d’essais rend compte de la vitalité de l’histoire de l’art contemporain en France. La diversité des propos est impressionnante, avec notamment six contributions sur l’art américain et une attention particulière, fort bienvenue, portée aux femmes artistes. Françoise Levaillant a divisé l’ouvrage en trois chapitres et huit sous-chapitres : “Ecrire à la première personne”, “Correspondances”, “Recherches identitaires”, “Genres et supports de l’écrit”, “Histoires d’éditions”, “Paroles/Ecrits de femmes”, “Arguments et programmes” et “Problématiques américaines”.

2“Les écrits d’artistes” font référence à une multitude de pratiques : les romans de Dali, la poésie de Yayoi Kusama, les journaux de Louise Bourgeois ou encore les cours de l’Atelier de l’Art Abstrait (écrits pour êtres lus à voix haute) ; des manifestos, des schémas conceptuels, des ébauches de projets n’ayant jamais vus le jour, et même l’ouvrage d’Andy Warhol Le roman d’Andy Warhol, 1968, la soi-disant transcription non éditée, non corrigée d’un enregistrement de vingt-quatre heures de la vie d’Ondine (Robert Olivio). Levaillant débat de l’importance de l’écrit comme “archives” d’un artiste. Elle évoque également la portée qu’il peut avoir sur l’histoire de l’art du vingtième siècle, ainsi que les problématiques autour du patrimoine écrit, les archives étant essentiellement “écrites” : comment doit-on archiver la parole, les enregistrements de Kurt Schwitters ou encore le rôle, très peu analysé, des mots dans des happenings et installations vidéos ?

3Marie-Laure Bernadac rend hommage à L. Bourgeois et à ses Dessins d’insomnie (1994-95) réalisés à la limite de la conscience. La plupart des approches sont empiriques, analytiques et descriptives ; même le texte de Marianne Jakobi sur les écrits autobiographiques rayés de Jean Dubuffet. Le texte de Catherine Millet est surprenant : elle compare les écrits de Dali avec L’Ordre caché de l’art de Anton Ehrenzweig, 1974. Très bien documentée, elle met en lumière de façon étonnante sa propre thèse. Dans la section “Correspondances”, Christian Derouet étudie les lettres de Calder qui préparait alors son exposition à Paris (1946) ; Florence Jaillet, elle, enquête sur le scandale Daniel Buren au Guggenheim en 1971, lorsque Peinture-Sculpture a été censurée (toute publicité était bonne à prendre) ; Isabelle Ewig réfléchit sur le langage de l’exil : elle analyse la correspondance de Kurt Schwitters interné dans un camp britannique et Circus Wols, écrit par Wols dans le Camp des Milles. Le rapport œuvre/interprétation de l’œuvre est fascinant, aussi bien pour le conservateur de musée expérimenté que pour le chercheur passionné. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer l’analyse de Philippe Dagen sur les œuvres de référence récentes de Jean-Michel Alberola, et celle de Diana Quinby portant sur le texte féministe de Françoise Eliet, “Peindre-combattre”, publié dans Sorcières en 1977. Plus originaux, inclassables, des écrits d’artistes japonais, les traductions en suédois de Hebdomeros de Giorgio de Chirico par Jan Svengsson ou encore une présentation de Jean-Jacques Rullier par Thierry Dufrêne. Le texte de Valérie Mavridorakis sur Carl André est mon favori : André, inspiré par les recherches linguistiques et anthropologiques de Benjamin Lee Whorf, n’était pas en relation avec les mouvements de poésie concrète de son époque ; il utilisait une technique de « cut-up », où vision paradisiaque, histoire indienne et puritanisme américain se rencontrent. Le texte de Jacques Morizot, “Motherwell éditeur” donne à réfléchir. La collection “Documents of Modern Art” de Motherwell (15 volumes, 1944-1961), associée aux présentations historiques des collections du MoMA pendant cette période, a donné aux artistes, historiens de l’art, critiques et étudiants américains, non seulement un répertoire visuel, mais également théorique et conceptuel, ainsi qu’une terminologie pour leur « grand saut en avant » (“great leap forward”). Elaborer en français, à partir des données disponibles en anglais, une collection, même virtuelle, s’inspirant de celle de Motherwell, pourrait créer le même élan. Une idée pour l’Institut National d’Histoire de l’Art…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Wilson, « Les Ecrits d’artistes depuis 1940 », Critique d’art [En ligne], 25 | Printemps 2005, mis en ligne le 21 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1603

Haut de page

Auteur

Sarah Wilson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org