Navigation – Plan du site
2014

La Vie est libre : correspondance et critiques 1945-1980

Déborah Laks
La Vie est libre : correspondance et critiques 1945-1980
La Vie est libre : correspondance et critiques 1945-1980

Carouge-Genève : Zoé, 2014, 207p. ill. en noir et en coul. 21 x 15cm

Bibliogr. Index

ISBN : 9782881829208. _ 20,00 €

Ed. de Muriel Pic avec la collaboration de Simon Miaz. Textes d’Edith Boissonnas, Jean Dubuffet

Haut de page

Texte intégral

1C’est chez Jean Paulhan, en septembre 1945, que la poétesse et critique d’art suisse Edith Boissonnas découvre l’œuvre de Jean Dubuffet. Cette première scène, rapportée dans la très éclairante préface de Muriel Pic, voit se nouer une relation de passion intellectuelle. La découverte de l’œuvre de Jean Dubuffet pousse Edith Boissonnas à écrire Usure, poésie dont Jean Dubuffet dit qu’elle « correspond entièrement à celle que confusément, j’appelais ». Durant les trente-cinq années que dure leur correspondance, Edith Boissonnas tend à Jean Dubuffet des miroirs où il aime à redécouvrir son propre travail. Les textes de la poétesse laissent toujours l’artiste profondément enthousiaste. La proximité de leur univers est telle que cette correspondance témoigne d’une véritable parenté de leur pensée encore plus que d’une complicité intellectuelle. Le style de l’auteure répond à celui de l’artiste dans l’efficacité des images, la simplicité de la prose, l’attention portée à la matière.

2Cet ouvrage présente l’intégralité des quatre-vingt-sept lettres que Jean Dubuffet et Edith Boissonnas se sont échangées, condamnant par conséquent leur dialogue à être bien souvent prosaïque. L’intérêt des lettres est très inégal. Certaines pourtant nous projettent au cœur d’univers intérieurs, comme lorsqu’en décembre 1973, Jean Dubuffet invite Edith Boissonnas dans « un monde où il n’y a plus de distinction entre le matériel et l’immatériel, le réel et l’imaginaire ». L’histoire de l’Art brut prend là une teinte plus sensible qu’intellectuelle, alors même que l’œuvre de la poétesse contribue par sa clairvoyance à jeter une lumière nouvelle sur la démarche de l’artiste. C’est en effet le dernier cahier, rassemblant des textes d’Edith Boissonnas pour la plupart inédits, qui confère toute sa valeur à cet ouvrage. L’œuvre de cette poétesse largement oubliée par la critique actuelle donne à approcher l’œuvre de Jean Dubuffet au plus intime. Par l’une de ces coïncidences qui parfois unissent deux artistes, les mots d’Edith Boissonnas entraînent le lecteur au plus vrai de l’œuvre de Jean Dubuffet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Laks, « La Vie est libre : correspondance et critiques 1945-1980 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/15459

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org