Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Eric Duyckaerts

Patricia Brignone

Texte intégral

Eric DuyckaertsAfficher l'image
Crédits : © d.r.

1On éprouve à la lecture de la biographie d’Eric Duyckaerts (1953-) une sorte de vertige : les compétences le disputent aux expériences professionnelles brillantes, étayées par une formation marquée par les « humanités classiques », parachevée par un double parcours en Droit et en Philosophie. Cet orateur aux qualités vite remarquées (il obtient la deuxième place au Tournoi d’Eloquence de la Faculté de Droit en 1972) renoncera finalement à la carrière à laquelle le prédestinait la voie royale qu’il s’était ouverte, afin de se consacrer aux potentialités de sa recherche Paradoxes et subjectivité menée à la Faculté de Philosophie et Lettres de Liège, en 1984.

2En 1988, chargé de cours à l’Université de Paris VIII (autour de Sémiologie de l’image et du son, Communication et paradoxes), il fait le choix de l’art en s’inscrivant à la session inaugurale de l’Institut des Hautes Etudes en Arts Plastiques (créé par Pontus Hulten), dont il deviendra conseiller scientifique en 1991-92.

  • 1  Commentaire de l’artiste, Frac Bourgogne, Crac Sète, Galerie E. Perrotin, L’Office-Enba Dijon, 200

3Sa première performance, au Ans-Palace de Liège en 1983, Expliquer le transfini à ses amis, fait écho à ces préoccupations en lien avec le langage, lesquelles ne cesseront de nourrir cet esprit mêlant  savoir, sérieux et facéties. Celle qu’il réalise l’année suivante, à l’Espace 251 Nord : Main mise, main levée, main morte voit l’entrée de la vidéo dans son travail. Il en résultera d’autres, telle en 1989 le fameux Magister, constituée de dix-neuf séquences « conçues pour mettre en scène différents styles de métalangages1 » et en 1993 La Main à deux pouces (conférence/vidéo/dessins/moulage), présentée à la Galerie Emmanuel Perrotin.

  • 2  Clerc, Thomas. « Le Régime didactique de la performance » in Artpress performances contemporaines (...)
  • 3  Duyckaerts, E. « Curcubitacée sauvage » in Théories tentatives, Paris : Léo Scheer, 2007
  • 4  Macel, Christine. « Eric Duyckaerts le logodédaliste » in Eric Duyckaerts, Palais des Glaces et de (...)
  • 5  Dans son texte « Cucurbitacée sauvage », E. Duyckaerts parle de « joyeux ilinx » et rapporte à la (...)

4Ce tropisme pour les mécanismes du langage et leurs subtilités se trouve alimenté par l’homme de théâtre qu’il fut dans ses années liégeoises, ainsi qu’en témoignent plusieurs écrits : « Sur l’acteur » (Carré Magazine, 1981), « Main mise, main levée, main morte » (Alternatives théâtrales, n°28, 1987) ou encore « La question du métalangage est-elle périmée ? » (Cahiers internationaux de symbolisme, n°51-52, 1986). Joseph Mouton (exégète, ami et collègue à la Villa Arson à Nice, où vit désormais l’artiste) note combien il affectionne « les pentes équivoques du discours pédagogique », qu’il prolonge par une étude minutieuse du « théâtre corporel et physionomique de la pédagogie ». A cette pluralité (éloquente d’une certaine « diversité du régime performantiel2 ») s’allie chez l’homo Duyckaerts le génie de la « promenadologie3 ». Ainsi ses investigations philosophico-phénomé­nolo­gi­ques s’emploient-elles toujours à réjouir nos sens et notre intellect, cela valant aussi bien pour son singulier roman Hegel ou la vie en rose (Paris : Gallimard, 1992) que pour les écrits panachés suscités par ses amis artistes ou théoriciens (Philippe Thomas, Pierre Huygue ou Catherine Perret) ; ce que le « logodédaliste4 » découvert lors de la Biennale de Venise 2007 dans le Pavillon de la Belgique transformé en Palais des Glaces et de la Découverte (afin d’y capter la nature labyrinthique du savoir) a élargi jusqu’au vertige visuel, fidèle au culte de cette pratique de l’ilinx qui lui est chère5.

Haut de page

Notes

1  Commentaire de l’artiste, Frac Bourgogne, Crac Sète, Galerie E. Perrotin, L’Office-Enba Dijon, 2002

2  Clerc, Thomas. « Le Régime didactique de la performance » in Artpress performances contemporaines 2, n°18, 2010

3  Duyckaerts, E. « Curcubitacée sauvage » in Théories tentatives, Paris : Léo Scheer, 2007

4  Macel, Christine. « Eric Duyckaerts le logodédaliste » in Eric Duyckaerts, Palais des Glaces et de la Découverte, 52e Exposition Internationale d’Art, Biennale de Venise 2007

5  Dans son texte « Cucurbitacée sauvage », E. Duyckaerts parle de « joyeux ilinx » et rapporte à la suite de Roger Caillois, selon sa classification des jeux, que de ce terme, désignant à l’origine un « tourbillon d’eau » en grec ancien, est né celui d’ilingos, le vertige.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Brignone, « Portrait. Eric Duyckaerts », Critique d’art [En ligne], 38 | Automne 2011, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1538 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1538

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org