Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Larys Frogier

Dorothée Dupuis

Texte intégral

Larys FrogierAfficher l'image
Crédits : © d.r.
  • 1  Colloque Ex-Tensions, créations africaines et postcolonialismes (Natasha Becker, Odile Blin, Manth (...)

1C’est véritablement avec son accession à la direction du centre d’art La Criée à Rennes en 2000 que Larys Frogier trouve la place idéale pour explorer les questionnements conceptuels, ontologiques, politiques, et processuels que lui inspirent l’art contemporain et sa production. Né à Tahiti en 1964, Larys Frogier est en effet un acteur complet, une sorte de Stefan Edberg du monde de l’art. D’enseignant et critique, il devient producteur : il inscrit La Criée sur la scène internationale par des collaborations multiples (galeries, centres d’arts) et une politique ambitieuse de production d’œuvres d’artistes en milieu de carrière souvent peu montrés en France ou émergents (Adel Abdessemed, Ugo Rondinone, Charles Sandison, Paola Pivi...). Ses liens forts avec l’université Rennes 2 où il enseigne depuis 1992 (avec une pause entre 2002 et 2009), lui permettent de rapprocher mondes de la recherche et professionnel, dans des colloques aux panels hybrides sur des sujets politisés témoignant de ses engagements artistiques et critiques, comme par exemple en 2009 Ex-Tensions, créations africaines et postcolonialismes1, auquel participaient Edouard Glissant et Elvan Zabunyan.

  • 2  Le Concept de figure et les représentations du pouvoir dans les arts contemporains, 2010-2011, Par (...)
  • 3  Son DEA effectué à Rennes 2 en 1991-92 portait notamment sur l’Activisme culturel dans l’art améri (...)
  • 4  Voir récemment Adel Abdessemed chroniqué dans ce numéro de critique d’art, p. 32
  • 5  Extrait issu la note d’intention de thèse de Larys Frogier

2C’est en 2010 qu’il entame à l’Ecole des hautes études en sciences sociales la thèse synthétique2 de quinze années de recherches éclectiques. L. Frogier y affirme et y développe le concept de « figure », en s’appuyant sur les œuvres d’artistes qui lui sont familiers (qu’il les ait étudiés de façon approfondie pour les artistes dits historiques, s’appuyant sur des recherches antérieures3, ou qu’il les ait exposés et défendus pour les plus contemporains4). Il entend désigner et analyser dans ces œuvres un territoire, plus de l’ordre du sentiment que de la forme, où mimesis et représentation symbolique cessent de se combattre pour se fondre en une force expressive indéniable à la discursivité et à l’affect assumés. Ce trio conceptuel, « figure », « récit », « affect », trop vite balayé selon L. Frogier par la critique contem­poraine, est réhabilité en ce qu’il permet de dépasser les binarismes de type « figuration versus abstraction, art corporel versus art conceptuel, art de l’anti-récit versus art de la fiction5 » et permet une analyse efficace de ce qui intéresse avant tout L. Frogier, à savoir les rapports entre « pou­voir de la représen­tation » et « repré­sentation du pouvoir ».

  • 6  Citation extraite d’échanges électroniques de l’auteure avec L.
  • 7  Idem

3Ainsi, bien que familier d’auteurs post-coloniaux tel Judith Butler ou Edward Said, L. Frogier se déclare « volontiers héritier des études post-struc­turalistes, mais davan­tage dans une ligne “déviante” ou “pervertie”, [...] par des penseurs et historiens qui ont pris le risque d’un engagement contextuel, tel Craig Owens ou Douglas Crimp6 », ainsi que « déboussolé et volontairement attiré par l’ailleurs, par le déplacement plutôt que par l’ancrage dans des identités closes, mêmes si elles sont métissées7 » de par ses origines polynésiennes. On pourra alors trouver dans ces deux citations —ou pas— quelques réponses au singulier œuvre critique de Larys Frogier.

Haut de page

Notes

1  Colloque Ex-Tensions, créations africaines et postcolonialismes (Natasha Becker, Odile Blin, Manthia Diawara, Lydie Diakhaté, Brent Hayes Edwards, Angela Ferreira, Eloi Ficquet, Edouard Glissant, Abdellah Karoum, Yacouba Konaté, Lionel Manga, Philippe Mouillon, Elvan Zabunyan), Rennes : espace culturel des Champs Libres, 2009

2  Le Concept de figure et les représentations du pouvoir dans les arts contemporains, 2010-2011, Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

3  Son DEA effectué à Rennes 2 en 1991-92 portait notamment sur l’Activisme culturel dans l’art américain des années 1980

4  Voir récemment Adel Abdessemed chroniqué dans ce numéro de critique d’art, p. 32

5  Extrait issu la note d’intention de thèse de Larys Frogier

6  Citation extraite d’échanges électroniques de l’auteure avec L.

7  Idem

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothée Dupuis, « Portrait. Larys Frogier », Critique d’art [En ligne], 38 | Automne 2011, mis en ligne le 07 mars 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1536 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1536

Haut de page

Auteur

Dorothée Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org