Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Dominique Figarella

Benjamin Thorel
Référence(s) :

Dominique Figarella. Saint-Nazaire : Le LiFE, 2011

Texte intégral

1L’exposition consacrée au peintre Dominique Figarella à l’occasion de laquelle cette monographie est publiée aura été la dernière organisée par Christophe Wavelet au LiFE de Saint-Nazaire. Regroupant un large ensemble de tableaux (peintures sur aluminium, dessins au crayon sur bois, assemblages de grand format…) représentant vingt ans de travail, il était logique que cette mid-career retrospective donne lieu à un catalogue conséquent, manière de faire le point sur la pratique d’un artiste moins présent dans l’actualité ces dernières années —son enseignement d’atelier à l’école nationale supérieure des beaux-arts de Paris faisant néanmoins toujours de lui une figure importante de la scène française.

2L’ouvrage est une somme imposante dans laquelle il n’est pas facile d’entrer : la multiplicité des techniques mises en œuvre par l’artiste, les expériences formelles et sensorielles qu’il articule dans son travail peinent à ressortir des pages d’un volume austère malgré sa couverture chewing-gum. Les illustrations comprennent certes reproductions d’œuvres, vues d’exposition et gros plans sur des détails de composition ou de construction, mais leur enchaînement laisse perplexe : on passe d’une séquence à une autre sans bien saisir la démarche de l’artiste, son sens ou son lieu. La mise en page n’aide par ailleurs pas à se repérer entre les différents textes de l’ouvrage —deux essais de Catherine Perret, un texte de D. Figarella, « Conduire sans permis » (pp. 229-254), et deux longs entretiens de l’artiste, l’un avec le critique d’art Paul Sztulman (pp. 49-111), l’autre avec Catherine Perret et Christophe Wavelet (pp. 161-227).

3Formant un ensemble très dense, ces différentes contributions proposent de rapporter le travail de Figarella à un horizon conceptuel, celui du tableau comme « dispositif » plutôt que comme objet, médium ou surface. Lieu en tension, lieu d’expérience où les enjeux de la modernité sont redéployés dans des processus de collages et de ruptures ainsi qu’à travers la critique de la situation d’exposition, le tableau est aussi une structure visuelle qui permet à l’artiste de travailler à partir d’émotions, de perceptions, d’images et d’objets, et de les reconfigurer face au spectateur. Ambitieux et programmatique, ce cadre théorique revendiqué et discuté par Figarella tend cependant à isoler sa figure, le mettant aux prises avec la création et l’histoire de manière quasi idéale, héroïque. Impression nuancée par d’autres de ses propos, sur ses débuts, la découverte des Neo-Geo, et surtout les explications qu’il donne sur ses méthodes de travail, affirmant un « matérialisme » par lequel ses œuvres s’ancrent dans le quotidien, à travers des gestes et des allusions plus prosaïques. La référence à Kurt Schwitters prend ainsi son sens quand Figarella évoque l’activité de « merzer » davantage que dans les analyses des Merzbauen développées par Catherine Perret ; et l’on regrette alors que l’« objectivisme » du catalogue n’ait pas permis d’accompagner les positions de l’artiste de manière plus dynamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Thorel, « Dominique Figarella », Critique d’art [En ligne], 38 | Automne 2011, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1522 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1522

Haut de page

Auteur

Benjamin Thorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org