Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

Primitifs de la photographie : le calotype en France, 1843-1860

Antonio Guzmán
Référence(s) :

Primitifs de la photographie : le calotype en France, 1843-1860, Paris : Gallimard : Bibliothèque nationale de France, 2010

Texte intégral

1Cette publication conséquente apparaît au moment où la photographie numérique a remplacé, depuis une quinzaine d’années, l’image fixe de l’argentique sur les différents plans (sociétaux, commerciaux, iconographiques) que cette dernière a occupé seule jusqu’à aujourd’hui. Si l’argentique, dans ce mouvement, se retrouve largement relégué au conservatoire et au statut de procédé lent et long, compliqué et coûteux, délicat et précieux, et si le numérique manque encore de bibliographie analytique consistante et de textes critiques à son propos, cet ouvrage de référence vient faire le point, avec du sérieux et sans nostalgie, sur l’école française de calotypie pendant la courte période de son essor. En ceci, il répare une lacune quant à la situation française de l’époque et fait partie d’une série d’autres études et synthèses importantes sur la calotypie en général, britannique et italienne en particulier (Impressed by Light: British Photographs from Paper Negatives, 1840-1860, New York : Metropolitan Museum of Art ; Washington : National Gallery of Art ; Yale University Press, 2007 et Eloge du négatif : les débuts de la photographie sur papier en Italie, 1846-1862, Paris : Paris-Musées, 2010). Comme le remarque Michel Frizot, il paraît aujourd’hui normal, surtout au moment du tout numérique, que le support indiqué pour l’image photographique soit le papier, mais ce ne fut pas toujours le cas, du fait de la préséance et de l’ascendance de la daguerréotypie sur plaques cuivrées. Il n’est pas trop tard, au contraire, de revenir sur l’archéologie confuse et de stabiliser l’histoire confondante du procédé qui inaugura la véritable reproductibilité photographique. Dans la course à fixer fidèlement et durablement les images naturelles du fond de la camera obscura, les plaques cuivrées de Daguerre de 1839, outre les avantages de la priorité de date, d’antécédence et d’annonce, rendront des images toujours plus nettes que celles issues de la calotypie ; plus détaillées et ciselées, leur défaut étant que ce sont des positives, des images uniques. William Henry Fox Talbot met au point et annonce en 1841 un procédé techniquement opposé et conceptuellement alternatif : celui de l’image latente et matrice enregistrée, à partir d’un simple négatif papier ou cliché, pouvant servir au tirage d’une infinité d’épreuves positives. Les images issues de ce procédé seront plus floues et davantage texturées du fait du papier, et du négatif et du positif, mais les principes fondamentaux à terme sont posés pour toute la photographie à venir, jusqu’au numérique, essentiellement dépourvu de matrice. Dans une inversion anachronique et un télescopage temporel typiquement photographique, dans le cas de ces deux procédés qui se sont ainsi confrontés (politiquement, techniquement, juridiquement, commercialement), ce sont d’« anciennes nouvelles images » dont il s’agit ici, comme Minor White le fait valoir plus tard (« French Primitive Photography », Aperture, 1969). Celles de Daguerre tirent vers des métaphores du métallique et du réfléchissant ; celles de Talbot sont autres et tirent davantage vers l’estampe, la gravure ou la lithographie, et vers les métaphores de la matière graphique. Si la photographie venait à perdre la mémoire, pour avoir perdu de matrice, des publications comme celle-ci rappelleraient combien Talbot a également, par le biais de la solution technique du négatif, inventé la dimension spectrale de hantise de la photographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Guzmán, « Primitifs de la photographie : le calotype en France, 1843-1860 », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1373

Haut de page

Auteur

Antonio Guzmán

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org