Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Yto Barrada

Olivier Belon
Traduction(s) :
Portrait. Yto Barrada

Texte intégral

Yto Barrada © Benoît Peverelli, d.r.

Yto Barrada © Benoît Peverelli, d.r.
  • 1  Muracciole, Marie. « Du nouveau sur les plantes (essai de biographie) », Yto Barrada, Zürich : JRP (...)
  • 2  Nafagi, Sina. « Une Grammaire de Tanger », Yto Barrada, Op. cit., p. 146
  • 3  Tazi, Nadia. Le Gall, Guillaume. « Yto Barrada : entretien», Fabrique de l’image/Fabbrica dell’imm (...)
  • 4  Barrada, Yto. « Le Détroit, ou une ville pleine de trous », texte écrit à l’occasion de l’expositi (...)

1Née à Paris de parents marocains, Yto Barrada vit  entre New York et Tanger. Tanger, qui a abrité une part mémorable et tragique de l’histoire de la famille d’Yto Barrada, incarne le destin du Maroc et la souffrance de la perte d’une identité sociale et culturelle. L’œuvre d’Yto Barrada s’abreuve de ces deux particularités, l’artiste trouvant son inspiration et sa matière tant dans les archives familiales que dans un engagement à reconstituer du lien social. Ainsi redonne-t-elle vie à partir de 2003 à un cinéma du centre-ville ouvert en 1931 et crée la cinémathèque de Tanger qu’elle dirige jusqu’en 2012. Le Rif, nommé en souvenir de la résistance aux colonisateurs menée au début des années 1920 par Abdelkrim Al Khattabi dans la région, est devenu un lieu de mémoire et de rassemblement aux côtés de la création actuelle qui favorise une « redistribution de l’imaginaire1 ». Parallèlement, Yto Barrada manifeste son goût pour des « actions restreintes » en faisant par exemple appel à la botanique. A Modest Proposal ouvre la monographie parue en 2013 chez JRP/Ringier (p. 1-16). Réalisé entre 2010 et 2012, ce projet rassemble des dessins, textes et photographies imprimées en affiches recto/verso. Il contient un inventaire des types de palmiers présents sur le territoire marocain et recoure à divers rapprochements. Une photographie en couleurs porte le titre Vacant lot #5, référence indéniable à Ed Ruscha qu’Yto Barrada a découvert lorsqu’elle étudiait la photographie à l’ICP à New York. Cette reproduction contient ce qui fait la singularité de l’approche photographique d’Yto Barrada. Sur les façades aveugles de Vacant Lot #5. Souani, Tangier March 2009, prises de côté et occupant la partie centrale de l’image, est projetée l’ombre géante de palmiers, reflets d’un exotisme obsolète. Sur les bords de la photographie quelques signes extraits d’une ville ordinaire apparaissent : une enseigne devant un garage, des tessons de verre sur un mur qui brillent au soleil, un chat, à l’arrêt. Si Yto Barrada défend une dimension typologique dans son travail, elle tient à se différencier d’une démarche purement documentaire : « une approche trop directe, frontale contient quelque chose de vulgaire, de si fortement concentré sur le sujet que les détails et la complexité, au sein desquels réside la seule information valable, en sont écrasés. L’approche indirecte constitue une forme d’élégance et, paradoxalement, de précision2. » Dans la série de photographies Détroit, qui la fait connaître à partir de 2003, l’artiste manifeste sa détermination à contrer une imagerie pittoresque tout en rendant visible l’ennui qui sourd de la ville la plus proche d’une Europe hors de portée. Pour elle, Tanger est une ville où « il y a coïncidence entre un espace physique, symbolique, historique et parfois, à [s]on sens, un espace intime3. » Détroit rassemble des photographies où sont palpables le vide et l’abandon ; où « l’étrangeté est celle d’une fausse familiarité »4. Les images s’agencent dans une forme de reportage à l’envers. Il n’y a pas d’événement, pas de visages, seulement la présence d’une violence sociale diffuse, indicible parce que dissimulée. Ces photographies rendent sensible la volonté de l’artiste de réaliser une œuvre à caractère politique, au sens noble de résistance à la résignation. Yto Barrada poursuit cette activité en faisant à présent appel à d’autres moyens que la photographie, comme la sculpture ou l’installation.

Haut de page

Notes

1  Muracciole, Marie. « Du nouveau sur les plantes (essai de biographie) », Yto Barrada, Zürich : JRP/Ringier, 2013, p. 38

2  Nafagi, Sina. « Une Grammaire de Tanger », Yto Barrada, Op. cit., p. 146

3  Tazi, Nadia. Le Gall, Guillaume. « Yto Barrada : entretien», Fabrique de l’image/Fabbrica dell’immagine, Arles : Actes Sud ; Rome : Villa Medici, 2004, p. 92-97

4  Barrada, Yto. « Le Détroit, ou une ville pleine de trous », texte écrit à l’occasion de l’exposition Yto Barrada : Gran Turismo Royal à la Galerie Polaris à Paris en 2003, repris en partie dans L’Œil photographique : œuvres majeures des collections du Centre national des arts plastiques, Clermont-Ferrand : FRAC Auvergne, 2013, p. 272.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Yto Barrada © Benoît Peverelli, d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/13560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Belon, « Portrait. Yto Barrada », Critique d’art [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/13560 ; DOI : 10.4000/critiquedart.13560

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org