Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. François Piron

François Aubart
Traduction(s) :
Portrait. François Piron

Texte intégral

François Piron © Karolina Krasouli, d.r.

François Piron © Karolina Krasouli, d.r.

1Parallèlement à ses propres activités de critique d’art et de commissaire d’expositions, François Piron a pris part à plusieurs aventures collectives. On peut ainsi citer la revue Trouble de 2002 à 2006 dont il est l’un des fondateurs et qui fut alors un des espaces d’apparition d’une génération d’artistes et de critiques. De 2001 à 2006, il a codirigé Les Laboratoiresd'Aubervilliers, qu’il a contribué à concevoir comme un lieu où les artistes sont laissés libres d’inventer la forme de présentation de leurs travaux. Plus récemment, il a cofondé castillo/corrales, une association de curateurs, d'artistes et de graphistes réunis autour d'un espace d’exposition, d'une maison d'édition et d'une librairie. Depuis 2007, ce lieu s’appuie sur une économie alternative en se finançant sans aide publique. Il développe une communication loin de la normalisation des communiqués de presse et propose une programmation exigeante et internationale.

  • 1  Piron, François. « XS-XL : quelques relations entre biennales et espaces indépendants », in Le Spe (...)
  • 2  Société Anonyme (14 mars-13 mai 2007), Paris : Le Plateau. Sous la dir. de Thomas Boutoux, Nataša (...)

2Il s’agit pour lui avec ce lieu de repenser le rôle et le fonctionnement des espaces pour l’art, ainsi que d’interroger les possibilités de formes pour l’exposition. On retrouve une telle réflexion dans sa contribution au catalogue de la Xe biennale de Lyon1, précédemment mise en lumière par l’exposition Société anonyme2 qu’il organise en 2007 avec Thomas Boutoux et Nataša Petrešin au Plateau. Plusieurs collectifs d’artistes avaient été invités à intervenir sur place et à mettre en avant la façon dont ils travaillent tant du point de vue économique qu’organisationnel. Le centre d'art avait été transformé en un centre d’activités.

3Si chacune de ces expériences s’envisage comme une recherche d’alternatives aux fonctionnements devenus normalisés des institutions, les projets d’expositions conçus par François Piron s’attaquent plus justement aux méthodes de rationalisation et de thématisation qui souvent rongent l’histoire de l’art.

  • 3  Rappelons par exemple : Nouvelles impressions de Raymond Roussel (27 février-20 mai 2013), Paris : (...)

4De Invisible Script en 2005 à W139 à Amsterdam qui fait référence au roman L’Invention de Morel d’Adolfo Bioy Casares, en passant par Intouchable (L'idéal Transparence) organisé avec Guillaume Désanges en 2006 à la Villa Arson à Nice, dont le point de départ est le texte L'Architecture de verre de Paul Scheerbart, jusqu’à ses récents projets autour de Raymond Roussel3, on retrouve un même principe, celui de prendre comme point de départ un texte ou un auteur de littérature. Cette prise de distance par rapport au principe thématique place ses expositions dans une posture inverse à celle du regroupement. Il s’agit d’y observer la distillation, la diffusion et l’altération d’influences, d’idées et d’approches.

  • 4  Son actualité est visible jusqu’au 31 mars 2014 à la City Gallery de Prague avec Jiri Kovanda Vs R (...)

5Or le propos n’est pas là celui d'un matériau pour l'étude. Il se fonde bien plus sur la façon dont ces auteurs ont été lus et interprétés tout au long du XXe siècle. Les projets successifs de François Piron autour de Raymond Roussel s'expliquent, en partie, par la récurrence avec laquelle cet auteur est cité par des artistes d'horizons divers. Raymond Roussel est convoqué plus comme un outil pour penser l'art et non pas comme un fil rouge. Parallèlement, au fur et à mesure de ses nombreuses réapparitions, l'image d'une modernité univoque s'effrite. En effet, s'il peut être considéré comme l'un de ses annonciateurs, la polysémie des interprétations que Raymond Roussel génère produit le portrait d'une modernité parsemée de dissensions. Fracturée, elle ne se lit pas comme une entièreté. En revanche, ce morcellement offre une circulation plus sinueuse. Elle se pratique par la digression. Appliquée au champ de l’histoire de l’art et de son exposition, cette façon de faire ne considère pas un objet d’étude comme un bloc mais tisse un agencement de connexions à parcourir par bonds plus qu’en suivant des lignes droites. Se forme ainsi un univers singulier, une constellation, où l’interprétation est préférée à l’universel. En s’écartant de la méthodologie affirmative du spécialiste, François Piron4 se rapproche d’artistes dont il a été l’accompagnateur et le commentateur tels que Koenraad Dedobbeleer, Ryan Gander, Dora Garcia, Joe Scanlan, Francisco Tropa ou Raphaël Zarka.

Haut de page

Notes

1  Piron, François. « XS-XL : quelques relations entre biennales et espaces indépendants », in Le Spectacle du quotidien / The Spectacle and the Everyday (16 septembre 2009-3 janvier 2010), Lyon : Xe Biennale de Lyon ; Dijon : Les Presses du réel, 2009, p. 111-123

2  Société Anonyme (14 mars-13 mai 2007), Paris : Le Plateau. Sous la dir. de Thomas Boutoux, Nataša Petrešin et François Piron. Avec : 16Beaver / Un groupe comme les autres (New York), b_books (Berlin), Erick Beltrán (Mexico), Chto delat? / What is to be done? (Saint Petersbourg / Moscou), Curating the Library / Moritz Küng (Anvers), Nico Dockx & friends (Anvers), Tere Recarens (Barcelone / Berlin), tranzit.cz / Vítek Havránek (Prague), tv-tv (Copenhague), WHW / What, How & for Whom (Zagreb)

3  Rappelons par exemple : Nouvelles impressions de Raymond Roussel (27 février-20 mai 2013), Paris : Palais de Tokyo. Avec : Mathieu K. Abonnenc, Jean-Michel Alberola, Jean-Christophe Averty, Zbynek Baladrán, Thomas Bayrle, Jacques Carelman, Guy de Cointet, Collège dePataphysique, Joseph Cornell, Salvador Dalí, Gabriele Di Matteo, Thea Djordjadze, Marcel Duchamp, Giuseppe Gabellone, Rodney Graham, João Maria Gusmão & Pedro Paiva, Mike Kelley, Revue Locus Solus, Pierre Loti, Sabine Macher, Man Ray, Mark Manders, André Maranha, Pedro Morais, Jorge Queiroz et Francisco Tropa, Jean-Michel Othoniel, Victorien Sardou, Joe Scanlan, Jean Tinguely, Jules Verne.

Se reporter également au livre : Locus Solus – Impressions de Raymond Roussel, Dijon : Les Presses du réel, 2013, (Littérature). Sous la dir. de François Piron. L’ouvrage fait suite aux expositions Locus Solus : Impresiones de Raymond Roussel (25 octobre 2011-27 février 2012 et 24 mars-1er juillet 2012), Madrid : Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia ; Porto : Museu de Arte Contemporãnea de Serralves (commissaires : Manuel J. Borja-Villel, João Fernandes et François Piron).

4  Son actualité est visible jusqu’au 31 mars 2014 à la City Gallery de Prague avec Jiri Kovanda Vs Rest of the World ; jusqu’au 27 avril 2014 à Oslo au Kunstnernes Hus avec In These Great Times ; jusqu’au 11 mai 2014 à la Temporäre Galerie de Cologne avec Unitasking (Tentatively).

Haut de page

Table des illustrations

Titre François Piron © Karolina Krasouli, d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/13557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aubart, « Portrait. François Piron », Critique d’art [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/13557 ; DOI : 10.4000/critiquedart.13557

Haut de page

Auteur

François Aubart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org