Navigation – Plan du site
Livres collectifs

Philippe Ramette : inventaire irrationnel

Elodie Antoine
Référence(s) :

Philippe Ramette : inventaire irrationnel, Paris : Ed. Courtes et longues : Galerie Xippas, 2010

Texte intégral

1Cette parution est la version augmentée du premier ouvrage consacré à l’œuvre de l’artiste en 2004 : Philippe Ramette catalogue rationnel. Un glissement sémantique s’opère ici, sur lequel on peut s’attarder. Si le titre catalogue rationnel jouait avec la notion de catalogue raisonné, le récent inventaire irrationnel semble quant à lui s’en distinguer, prenant même ouvertement ses distances avec la forme traditionnelle.

2Cette nouvelle édition semble d’une part interroger la pertinence et/ou la nécessité du catalogue raisonné pour un artiste à mi-chemin de son parcours ; d’autre part affirmer et défendre le caractère non rationnel de l’œuvre de Philippe Ramette, à une époque où l’on classe et catégorise à tout bout de champ. La structure du livre original n’a pas été modifiée, un texte de Christian Bernard introduit l’ouvrage ; le long et riche entretien illustré, mené par Jean-Yves Jouannais permet d’entrer de plain-pied dans l’œuvre ; des textes de Morgane Rousseau, Alain Ramette, Paul-Hervé Parsy, Claire Berger-Vachon et Samantha Barroero viennent s’y intercaler, offrant chacun un point de vue différent sur les œuvres tout en éclairant souvent le lecteur sur les procédés de réalisation de celles-ci. Aux deux portfolios déjà existants dans le premier livre (« expérimentations irrationnelles » et « l’homme ramette ») est venu s’ajouter un troisième, « explorations rationnelles des fonds sous-marins » du nom d’une des récentes séries photographiques de l’artiste. A l’image des deux précédents, ce portfolio comporte également les dessins préfigurant les photographies. Quant à la dernière partie, « catalogue irrationnel », elle a été augmentée d’une vingtaine de pages qui présentent à la fois des œuvres récentes ainsi que des vues de l’exposition monographique Gardons nos illusions, 1987-2008, consacrée à l’artiste par le Mamco de Genève en 2008. Parmi les ajouts, il faut également mentionner deux textes, celui de Judith Quentel qui fait écho à l’exposition personnelle de l’artiste au domaine de Chamarande (2007-08) et celui de Michel Onfray, « le matériau de la sidération ». Ce dernier offre une lecture très personnelle de l’œuvre de Ramette, dans la mesure où le philosophe semble identifier le travail de l’artiste à sa propre pensée. Le texte s’articule autour de la figure du dandy qu’incarnerait Philippe Ramette à travers son œuvre. Si l’association de l’artiste au dandy n’est pas nouvelle, notamment à travers sa tenue vestimentaire, Onfray semble décrypter à l’origine même des œuvres une forme de dandysme. L’auteur conclut par une phrase à interprétations multiples : « on le sait depuis longtemps, tout artiste digne de ce nom affiche radicalement son cap à l’Ouest ». Pour ma part et pour rester fidèle à l’esprit de l’artiste, je préfère y voir un écho au professeur Tournesol qui déclare sans cesse dans Le Trésor de Rackham le Rouge « A l’Ouest, toujours à l’Ouest ! ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Antoine, « Philippe Ramette : inventaire irrationnel », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1345

Haut de page

Auteur

Elodie Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org