Navigation – Plan du site
Livres collectifs

Penser l’image

Garance Chabert
Référence(s) :

Penser l’image, Dijon : Les Presses du réel, 2010, (Perceptions)

Texte intégral

1Sous le titre ambitieux de Penser l’image, le recueil dirigé par Emmanuel Alloa, qui enseigne la philosophie et l’esthétique à Bâle et à Paris 8, rassemble une dizaine de textes de philosophes et d’historiens français et allemands reconnus, ainsi qu’un texte de 1996 inédit en français de l’historien de l’art américain W.J.T Mitchell. Dans l’introduction, E. Alloa annonce les grands concepts transversaux qui parcourent le recueil et qui fondent selon lui une philosophie de l’image, tels que la transparence et l’opacité de l’image, ou la remise en cause du paradigme linguistique. Il défend aussi la variété assumée des approches, qui fait pourtant la principale difficulté de lecture de l’ouvrage : « L’hétérogénéité des objets et des regards ne peut toutefois que venir confirmer le fait que l’image est aussi indisciplinée qu’elle est indisciplinaire et qu’elle constitue précisément ce qui reste à penser » (p.19).

2Le recueil est ainsi divisé en plusieurs volets, chacun fortement distinct des autres. Le premier, « Le Lieu des images », réunit des approches anthropologiques (Gottfried Boehm, Marie-José Monzdain, Jean-Luc Nancy) où la question de l’image est envisagée du point de vue d’une philosophie du sujet. Le second « Perspectives historiques » (E. Alloa, Emanuele Coccia, Hans Belting) réunit des études de cas sur plusieurs conceptualités de l’image, les débats qu’elles ont suscités et leurs destins historiques. Il est à noter la très intéressante —et accessible— étude de Belting, qui livre une analyse comparative sur deux traditions artistiques de l’image : la fenêtre de la renaissance picturale occidentale et le moucharabieh arabe. Les troisième et quatrième volets, « La Vie des images » et « Restitutions » sont axés sur le sens et l’utilisation des images dans le monde contemporain, et plus spécifiquement dans les domaines scientifique (Horst Bredekamp) et artistique (Georges Didi-Huberman). Prêter une intentionnalité aux images est la thèse proposée par Mitchell pour déplacer le questionnement sur le pouvoir des images. Cette vitalité supposée des images comme hypothèse critique est ensuite discutée et relativisée par Jacques Rancière.

  • 1 A noter les synthèses historiographiques de Bernd Stiegler et G. Didi-Huberman pour introduire une (...)

3Il aurait été bienvenu dès l’introduction que Alloa situe historiquement les positions théoriques des auteurs rassemblés et des différentes écoles. D’autant plus qu’ils ont ouvert la voie ou contribué à définir précisément cette philosophie de l’image qu’il appelle de ses vœux. La définition du pictorial turn chez Mitchell ou de l’iconic turn chez Boehm sont un tournant au début des années 1990 pour les études visuelles allemandes (Bildwissenschaften) et américaines (visual studies). A défaut de mentionner la pensée des auteurs qu’il a réunis, et notamment les enjeux politiques, sociaux, anthropologiques et sémiologiques de leurs travaux, une bibliographie1 sur le sujet aurait au moins orienté le lecteur dans le dédale de ces essais qui dessinent effectivement un très large horizon d’étude pour la pensée de l’image.

Haut de page

Notes

1 A noter les synthèses historiographiques de Bernd Stiegler et G. Didi-Huberman pour introduire une série de textes dans la revue électronique Trivium (http://trivium.revues.org/223)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Garance Chabert, « Penser l’image », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1344

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org