Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Thomas Hirschhorn : Musée Précaire Albinet

Bruno Elisabeth
Référence(s) :

Thomas Hirschhorn : Musée Précaire Albinet, Aubervilliers : Les Laboratoires d’Aubervilliers ; Paris : Xavier Barral, 2005

Texte intégral

1Entre avril et juin 2004 s’est ouvert, rue Albinet à Aubervilliers, sous l’impulsion conjuguée de Thomas Hirschhorn et des Laboratoires d’Aubervilliers un musée pour le moins inhabituel, dont la vocation fut de « faire exister l’art au-delà des espaces qui lui sont consacrés ». Ce musée prit d’autant plus de poids pour Hirschhorn qu’il a installé en 2001 son atelier dans une rue voisine. D’autre part cette nouvelle réalisation s’inscrit comme le prolongement du Deleuze Monument présenté à Avignon et qui fut victime de vandalisme.

2Réponse à l’invitation consistant à réaliser une œuvre dans l’espace public, ce projet – apparemment aussi utopique que risqué – fut un véritable défi collectif à même de toucher un public habituellement laissé en marge de la fréquentation des œuvres. Durant trois mois, des cimaises de fortune présentèrent un aperçu de l’art du XXe siècle au travers de quelques artistes incontournables : Marcel Duchamp, Kasimir Malevitch, Piet Mondrian, Salvador Dalí, Joseph Beuys, Le Corbusier, Andy Warhol et Fernand Léger. Pour donner un poids véritable à cette démarche, il importait d’amener dans ce quartier pauvre non pas des reproductions mais les œuvres originales elles mêmes et de les confier le plus largement possible à la population locale. Pour ce faire, gardiennage, montage, démontage et animation du lieu furent confiés à des jeunes recrutés sur place et formés à cet effet. Le challenge consistait donc à faire quitter à certains trésors
de l’art contemporain leur écrin doré pour une structure de bric et de broc installée sur une friche urbaine. En guise de salle d’exposition un Algeco agrémenté de constructions légères pour accueillir la bibliothèque et la salle de conférences, débats et autres ateliers qui ponctuèrent ces trois mois. Tout dans cette réalisation ramène à une économie radicale de la précarité, l’utilisation de matériaux pauvres : bois, plastique d’emballage, carton, scotch, photocopies, inscriptions aux marqueurs sont autant de signes de la fragilité et de la dimension éphémère du lieu. Par le biais d’appels à la mobilisation des structures locales et la sollicitation des bonnes volontés disponibles, la pertinence de ce projet réside dans la démonstration que l’art est une véritable force transformatrice, que cela soit en ouvrant pour la première fois la porte d’un musée à certains ou en offrant une formation à d’autres.

3Le catalogue documente et prolonge cette aventure au travers de photographies, plans, notes, croquis, affichettes et programmes. Le squelette de ce volumineux catalogue s’appuie sur les nombreuses correspondances échangées entre l’artiste, ses collaborateurs et les partenaires du projet, entre août 2000 et octobre 2004, soit : de l’invitation à produire l’œuvre aux bilans concernant les perspectives d’embauches des participants au projet et les réponses négatives à certaines demandes de subventions. Des méandres et des multiples difficultés créées par un projet aussi singulier, rien ne nous est épargné ; des points financiers aux calendriers en passant par les lettres de remerciements tout est soigneusement et chronologiquement inventorié puis commenté par Yvane Chapuis. A cette documentation s’ajoutent deux entretiens Avant/Après accordés par Hirschhorn à Guillaume Désanges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Elisabeth, « Thomas Hirschhorn : Musée Précaire Albinet », Critique d’art [En ligne], 27 | Printemps 2006, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1277

Haut de page

Auteur

Bruno Elisabeth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org