Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Boris Groys. Politique de l’immortalité : quatre entretiens avec Thomas Knoefel

Robert Fleck
Référence(s) :

Groys, Boris. Politique de l’immortalité : quatre entretiens avec Thomas Knoefel, Paris : Maren Sell, 2005

Texte intégral

  • 1  Voir la notice 026 publiée dans Critique d’art, n° 7, avril 1996, p. 10

1Boris Groys est actuellement le philosophe de langue allemande le plus lu dans les milieux artistiques germanophones et anglo-saxons. Cette parution est d’autant plus importante qu’il s’agit de la première traduction française d’un livre de Groys depuis Staline : œuvre d’art totale (Nîmes : Jacqueline Chambon, 1990) et Du Nouveau : essai d’économie culturelle (Nîmes : Jacqueline Chambon, 19951). Les quatre entretiens réalisés ici avec Thomas Knoefel eurent lieu de 1995 à 2001 et approfondissent les livres publiés par l’auteur à cette période.

2Groys est un philosophe russe devenu auteur de langue allemande. Ceci explique la légèreté et la souplesse de sa pensée. Des remarques lumineuses, mêlant du bon sens et une totale indépendance du regard (à certains égards, il s’agit d’une approche phénoménologique), expliquent pourquoi tant d’artistes lisent ses livres. De l’Union Soviétique, il apporte une double expérience : une connaissance approfondie du Structuralisme et post-structuralisme français (enseigné à l’Université de Moscou dans les années 1960 et 1970 !) –ce qui lui permet aujourd’hui de s’en détacher (notamment par rapport à Jacques Derrida, tout en refusant catégoriquement les positions de Pierre Bourdieu et Gilles Deleuze) d’une manière très différente des auteurs anglo-saxons. La dissidence soviétique des années 1970 l’a d’autre part rapproché d’artistes comme Ilya Kabakov, Komar & Melamid ou Bulatov. Plus tard, ses essais critiques ont notamment porté sur Fischli et Weiss, Jeff Wall ou Pablo Picasso, tout en suivant de jeunes artistes et en publiant dans Artforum. Son livre Du Nouveau lui a donné un rôle comparable à celui d’Arthur Danto dans les années 1980.

3Ces entretiens, parus en 2002 en Allemagne, montrent que Groys ne cherche pas à penser l’art, mais qu’il pense le monde à partir de l’art –c’est tout l’intérêt de sa démarche. Andy Warhol, Marcel Duchamp et Kasimir Malevitch sont ses références incontournables, mais il trouve également des explications particulièrement fraîches pour une démarche comme celle d’Anselm Kiefer (p. 135). Prenant comme point de départ l’idée de l’archive, qui englobe l’institution muséale, Groys développe une réflexion profonde sur les institutions contemporaines et leur rôle dans le paysage culturel. Or le but principal de ce livre est de libérer les créateurs (artistes, philosophes) des déterminismes esthético-sociologiques qui, selon lui, renferment à présent les artistes dans des normes et des suppositions qui lui rappellent l’atmosphère du Stalinisme tardif en Russie. Partant du principe que le spectateur ou le lecteur viennent toujours « après », il insiste sur la liberté de l’artiste et du philosophe : puisque celui-ci travaille par définition pour une certaine forme de postérité, il se trouve libéré des contraintes sociales du présent. Le caractère fondamentalement positif de la pensée groysienne, son humour (une sorte de nihilisme russe nonchalant, opposé au néo-nietzschéanisme de Peter Sloterdijk) et le feu d’artifice de pensées originales (par exemple le fondamentalisme comme une opération de type « ready-made ») font que ce livre provoque chez le lecteur une envie de travailler, de faire de l’art ou d’écrire. C’est la meilleure chose qu’on puisse attendre d’un philosophe qui parle d’art.

Haut de page

Notes

1  Voir la notice 026 publiée dans Critique d’art, n° 7, avril 1996, p. 10

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Fleck, « Boris Groys. Politique de l’immortalité : quatre entretiens avec Thomas Knoefel », Critique d’art [En ligne], 27 | Printemps 2006, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1235

Haut de page

Auteur

Robert Fleck

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org