Navigation – Plan du site
Articles

Dada 2005

Jean-Claude Marcadé
Traduction(s) :
Dada 2005
Référence(s) :

Bize, Hervé. Dada, Paris : Cercle d’art, 2005, (Découvrons l’art)

Dachy, Marc. Archives Dada : chronique, Paris : Hazan, 2005

Dachy, Marc. Dada : la révolte de l’art, Paris : Gallimard, 2005, (Découvertes ; Arts)

Durozoi, Gérard. Dada et les arts rebelles, Paris : Hazan, 2005, (Guide des arts)

Lemoine, Serge. Dada, Paris : Hazan, 2005

Lista, Giovanni. Dada : libertin & libertaire, Paris : L’Insolite, 2005

Pansaers, Clément. L’Apologie de la paresse, Paris : Allia, 2005

Pansaers, Clément. Bar Nicanor, Paris : Allia, 2005

Pansaers, Clément. Le Pan-pan au cul du nu nègre, Paris : Allia, 2005

Almanach Dada, Dijon : Les Presses du réel, 2005, (L’Ecart absolu)

Dada, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2005

Texte intégral

1Dada est-il une modernité parmi d’autres, dans cette alternance entre ancien et moderne (nouveau) que l’Europe des arts connaît depuis le début du XVIe siècle, ou fait-elle partie de l’avant-garde historique du XXe siècle (en gros, le premier quart de celui-ci) ? La question se pose car, d’un côté, les organisateurs de la grande exposition Dada du Musée national d’art moderne ont eu l’ambition de montrer que Dada était la plus grande, sinon la seule, vraie avant-garde du siècle passé  ; d’autre part, un auteur comme Gérard Durozoi peut affirmer  : « Le XXe siècle aura été le siècle de la modernité et des avant-gardes – au point que l’on confond volontiers la première et l’ensemble de celles-ci » (p. 8). Pourtant, ce qui s’est passé dans la modernité qui s’est manifestée entre 1900 et 1925 a un caractère si spécifique, par rapport à toutes les autres modernités qui scandent la vie des arts avant elle (depuis l’avènement des Temps Modernes), et après elle tout au long du XXe siècle, qu’il me semble légitime, pour la clarté, de parler à son propos d’avant-garde, sans pluriel. Il est donc vain d’opposer, comme le fait G. Durozoi, une avant-garde qui serait harmonieuse (Cubofuturisme, toutes les formes d’abstraction, Constructivisme) et Dada qui aurait la spécificité d’être la plus grande subversion de toutes les valeurs et pratiques. En fait, entre 1913 et 1915, on trouve dans l’art européen (surtout à Paris, Milan, Moscou ou Saint-Pétersbourg) tout ce qui constituera l’ingrédient du « dadaïsme »  : assemblages, automatismes, collage, corps en action, déchets, dérision, détournement d’usage et de sens, poétique de l’éphémère, mise en scène d’expositions, glossolalie, manifestes-poèmes, ready-mades, scandales, tracts, typographies manipulées, peinturlurage du visage et de tous les objets du quotidien, « happening », nihilisme iconoclaste… On pourrait trouver sans effort dans le Cubisme et le Futurisme des traits subversifs qui démontreraient que Dada n’est pas né en 1916 comme une immaculée conception.

2Il est significatif de constater que l’exposition du MNAM consacre très peu de place au « prédadaïsme » et a tendance à vouloir inculquer qu’« avant Dada », les ancêtres seraient essentiellement, aux Etats-Unis  : Marcel Duchamp et Man Ray. Pour Serge Lemoine, « Avant-Dada »  : c’est Duchamp. Quant à Marc Dachy, le spécialiste le plus complet et le plus éclairé de Dada, dans son ouvrage monumental et dont on ne saurait désormais se passer, Archives Dada : chronique, chez Hazan, il consacre une part non négligeable à « Post-Dada » (p. 377-451) mais aucune à « Pré-Dada »…

3Pourtant, un des traits distinctifs fondamentaux de Dada, l’oscillation entre destruction et construction («  la destruction par la construction  », dit Pansaers) est bien présent dans l’avant-garde européenne d’avant 1916. Roman Jakobson pouvait déclarer en 1921 que dans les poésies et la peinture des Dada il n’y avait «  rien de nouveau par rapport au futurisme russe et italien  » (Dachy, Archives Dada : chronique, p. 158), ce que ne pensait pas, de toute évidence, Tzara qui prétendait n’avoir «  rien de commun avec les futuristes et les cubistes  » (Ibidem, p. 270). Le chroniqueur du Futurisme italien Giovanni Lista, dans son Dada : libertin & libertaire, consacre, lui, tout un chapitre à « Avant-Dada ». Il détaille de façon convaincante un prédadaïsme présent dans les milieux parisien, italien et allemand (Incohérents, Futurisme, Cubofuturisme parisien, Primitivisme expressionniste). Malheureusement, là encore l’école russe d’avant 1916 est totalement absente, alors que les expérimentations polymorphes des cubofuturistes et les extravagances des «  futuraslaves  » annoncent également les comportements et les radicalités Dada.

  • 1  Pour plus de détails voir la notice n° 226 dans Critique d’art n° 20, automne 2002, p. 114

4Le catalogue Dada, qui nous fait découvrir un poète post-dadaïste qui a échappé aux investigations de Marc Dachy, l’homme d’affaires François-Henri (p. 55), n’apporte aucun essai de généralisation synthétique, mais, présenté jusque dans sa texture comme un annuaire téléphonique, il aligne alphabétiquement des noms à la queue leu leu, sans queue ni leu d’ailleurs. Cette façon de nous livrer Dada sous forme de guide avec la visée d’être une encyclopédie n’est pas désagréable, d’un point de vue esthétique, mais totalement inefficace et même nuisible du point de vue épistémique. Le Diable même ne s’y reconnaîtrait pas. Cela est typique de la littérarisation (c’est-à-dire de la réduction à du narratif) des arts plastiques, dont Dada et le Surréalisme sont sans doute en partie responsables. Pourtant, l’exposition de Werner Spies, certes mal intitulée – La Révolution surréaliste (2002)1 – avait échappé à cette tare en ne manifestant que l’être de l’art. Dans la tendance sociologisante, psychologisante, « anecdotisante » dominante, on flaire les relents du tainisme.

5Alors, qu’est-ce-que Dada ? Pansaers affirme que « Dada a voulu être le mot d’ordre d’un certain esprit » (Dachy, Archives Dada : chronique, p. 316). Dada est un « mouvement », dit sobrement Tzara (Ibidem, p. 270). De toute évidence, ce qui distingue Dada de tous les autres courants du XXe siècle, c’est son aspect existentiel. Dada se vit d’abord. Les œuvres sont un surplus.

6Si Dada se dresse contre le Cubisme et le Futurisme, c’est parce qu’ils revêtaient un « caractère purement esthétique » (Ibidem, p. 362). Dada se veut anti-art. Cela veut dire qu’il est contre toute esthétique. Dachy reste dans cette perspective lorsqu’au détour d’un texte, à propos de la Première foire internationale Dada, il glisse  : « Force est de constater que Ernst ne relève pas de la veine acerbe des dessins de Grosz et que la joliesse de son œuvre le mène tout droit dans le surréalisme [c’est moi qui souligne] » (Dachy, Dada : la révolte de l’art, p. 58). Tout est dit  : Dada, c’est dur, le Surréalisme, c’est mou…

7Il y a un côté adolescent dans Dada. Mais l’adolescence ne dure qu’un temps. Et les vieux adolescents finissent par « jouer le jeu ». Aussi font-ils l’objet de livres, de thèses, d’expositions, de colloques. Mais plus que cette révolte postpubertaire, il y a dans l’acte Dada une force anarchiste qui ne s’est jamais aussi vigoureusement manifestée dans les arts. Anarchie du comportement, anarchie de la parole.

8De toutes les manifestations autour de Dada en 2005, il ressort, conclusion provisoire, que ce mouvement n’est pas un «  épisode  » dans l’avant-garde historique. Il est, avec le Constructivisme soviétique, un maillon capital de cette modernité radicale qui fut en quête de renouvellement de toutes les manifestations humaines, dans une dynamique jamais achevée, et projetant ses conquêtes vers l’avenir.

Haut de page

Notes

1  Pour plus de détails voir la notice n° 226 dans Critique d’art n° 20, automne 2002, p. 114

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Marcadé, « Dada 2005 », Critique d’art [En ligne], 27 | Printemps 2006, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1207 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1207

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org