Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Negro toi-même

Sylvie Mokhtari
Référence(s) :

Negro toi-même. Paris : Isthme, 2005

Texte intégral

  • 1 Le livre Negro toi-même accompagne l’actualité de Marylène Negro à l’Ecole supérieure des beaux-art (...)

1L’exercice critique, celui de l’écriture, de la description et de l’évaluation d’une œuvre (entendue ici dans son sens global) est la voie la plus récente choisie par Marylène Negro pour fournir une nouvelle perception de son travail (actuel et rétrospectif)1. Conçue par le critique et commissaire d’expositions Pierre Leguillon, cette petite publication a, avec intelligence, été façonnée au format d’un livre et non d’un catalogue monographique classique. D’emblée, on perçoit qu’elle a été perçue comme le support d’une parole écrite, de réflexions d’ordres littéraire, esthétique et/ou critique. Conçue à plusieurs mains, tous les genres s’y succèdent : du texte pourvu d’une intonation amoureuse ou d’une coloration suggérant le souvenir, la confidence ou dévoilant une réelle complicité, à l’essai plus savant du connaisseur et spécialiste. Ces différents récits retracent en filigrane les règles d’un contrat passé entre l’artiste et huit professionnels de l’art (commissaires d’exposition, responsables institutionnels, auteurs) à qui elle a laissé carte blanche pour écrire noir sur blanc dans un livre dont elle leur avait uniquement communiquer le titre : Negro toi-même. L’écriture offre dans ce cadre une illustration parfaite de l’échange et de l’exercice auto-critique du regard sur l’autre et sur soi (du grec autos : “soi-même, lui-même“, opposé à un autre). Elle est aussi une invite à dire et à faire l’œuvre.

2Seul un mince cahier illustré (de 16 pages) et encarté au centre du livre, fournit une toile de fond, le substrat du travail visuel de l’artiste, à l’aide d’un choix d’images extraites d’œuvres incontournables de l’artiste. Ces images ne sont justement qu’une illustration, qu’un aperçu du travail de Marylène Negro basé sur l’analyse des contextes (sociaux et domestiques), des conditions de production, sur la sollicitation des gens (et pas uniquement du public de son travail), la distribution de rôles, l’amplification de phénomènes amenant les uns et les autres à se questionner et “à [se] parler” (Sylvie Fortin, p.40). « Soit, comme l’explique Charles-Arthur Boyer, autant de procédures d’appel qui caractérisent, parmi l’ensemble des travaux de Marylène Negro, un corpus spécifique d’œuvres qui mettent en jeu notre capacité à élaborer une réponse à chacune d’entre elles, et cela à travers une signification particulière donnée à chaque appel » (p.65). Viens 06 76 45 37 56 imprimé sur des affiches, des courriels et des tickets d’entrée de musées (Strasbourg, 2004) en constitue un exemple.

3Marylène Negro n’écrit pas directement dans le livre. Les auteurs convoqués écrivent sur elle, mais aussi avant tout pour elle (ils ont prêté leur plume à l’artiste pour une collaboration dont le signataire reste plus ou moins identifié : tels les nègres que certains auteurs sollicitent dans le domaine littéraire). Le livre, dans sa conception (autobio[mono]graphique), raconte une histoire (en cela très représentative du travail de Marylène Negro dans sa globalité) : l’histoire de regards qui se croisent. Voir « réellement » et l’écrire en retour. « On ne pourra jamais très bien [...] voir » (Xavier Person, p.16). Emmanuel Latreille le confirme à sa façon (p.111) : « Negro : on n’y voit rien ! ». Or Negro toi-même  —à l’image du travail de l’artiste— essaye de dévoiler l’envers des choses, des voies et des stratégies utilisées pour communiquer. Blanc/Noir.

Haut de page

Notes

1 Le livre Negro toi-même accompagne l’actualité de Marylène Negro à l’Ecole supérieure des beaux-arts du Mans (2-31 oct. 2004), au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (7 oct. 2004-27 mars 2005), au Musée d’art contemporain Val-de-Marne/Vitry (22-24 oct. 2004), au Frac des Pays de la Loire (20 nov. 2004-13 févr. 2005), à Trafic — Frac Haute-Normandie (17 nov. 2004-16 janv. 2005) et au centre d’art Passerelle (22 janv.-12 mars 2005)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mokhtari, « Negro toi-même », Critique d’art [En ligne], 26 | Automne 2005, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1181

Haut de page

Auteur

Sylvie Mokhtari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org