Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Richard Klein. Robert Mallet-Stevens : la villa Cavrois ; Robert Mallet-Stevens architecte ; Robert Mallet-Stevens : l’œuvre complète

Anne Villard
Référence(s) :

Klein, Richard. Robert Mallet-Stevens : la villa Cavrois, Paris : Picard, 2005, (Architectures contemporaines)

Robert Mallet-Stevens architecte, Paris : Alternatives : 15 square de Vergennes, 2005

Robert Mallet-Stevens : l’œuvre complète, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2005, (Classiques du XXe siècle)

Texte intégral

1Il en aura fallu du temps pour que l’œuvre de l’architecte français Robert Mallet-Stevens (1886-1945) soit reconnue à sa juste valeur et occupe la place qui lui revient parmi les plus grands architectes modernes. Mort trop tôt, il n’a pu véritablement communiqué sur son travail (même s’il a beaucoup écrit de son vivant et diffusé les images de certaines de ses réalisations) pour qu’il s’inscrive durablement dans la mémoire collective d’après-guerre à l’instar d’un Le Corbusier dont la carrière plus longue lui a permis d’orchestrer en quelque sorte la reconnaissance de son œuvre. Par ailleurs, comme nous l’explique Richard Klein « l’œuvre de Mallet-Stevens ne bénéficie pas de l’existence d’un fonds d’archives constitué » contrairement à de nombreux artistes et architectes de cette envergure. Une accessibilité difficile à des fonds documentaires privés ou publics nécessairement fragmentaires qui aura probablement beaucoup retardé la compréhension de sa trajectoire d’architecte. Il est troublant de penser que de septembre 1939, date à laquelle Mallet-Stevens n’a plus rien produit, jusqu’au début des années 1980 au moment de la prise de conscience de la nécessité de sauvegarder ce patrimoine architectural majeur alors en danger (rue Mallet-Stevens à Paris, Villa Noailles à Hyères, Villa Cavrois à Croix, Villa Poiret à Mézy-sur-Seine…), son œuvre soit tombée pratiquement totalement dans l’oubli. C’est de l’histoire de cette longue reconnaissance dont nous parle, chacun à leur manière, les différents ouvrages parus à l’occasion de la célébration du soixantième anniversaire de sa disparition.

2Presque vingt ans après les travaux de Jean-François Pinchon, dont l’exposition itinérante (Paris, Villeneuve-d’Ascq, Bruxelles et Tours) et l’ouvrage de 1986 avaient contribué à faire sortir Mallet-Stevens de l’ombre, le Centre Pompidou lui rend hommage à travers une exposition Robert Mallet-Stevens, architecte (1886-1945) et un catalogue intitulé Robert Mallet-Stevens. L’œuvre complète. Cet ouvrage sous la direction d’Olivier Cinqualbre, commissaire de l’exposition, est, soulignons-le, le premier consacré à un architecte dans la collection Classiques du XXe siècle. Un livre de référence, abondamment illustré et servi par les contributions des spécialistes de l’architecte (Richard Klein, Jean-François Pinchon, Cristiana Volpi, Frédéric Migayrou…), qui fait le point sur les recherches en cours et aborde l’ensemble des facettes de Mallet-Stevens : l’architecte, le concepteur de mobilier, le décorateur de cinéma, le théoricien…

3Dans un autre registre, l’étude de l’architecte R. Klein sur l’histoire de la Villa Cavrois à Croix est exemplaire. Issu d’une thèse soutenue à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne en juin 2003, cet ouvrage s’attache à construire une histoire détaillée de la conception et de la réalisation de la villa, mais aussi de ses usages à différentes époques, de sa reconnaissance historique, de son utilisation à des fins de communication, de son abandon et des errances administratives ayant finalement conduit à l’achat de la villa par l’Etat en 2001.

4Quant à l’ouvrage dirigé par Jean-Pierre Lyonnet (Robert Mallet-Stevens, architecte), il est tout autre. Points de vue et témoignages d’architectes, de membres de sa famille, d’ingénieurs… se confrontent et s’enchevêtrent faisant apparaître l’homme autant que l’architecte. Ce beau livre d’art, bien documenté et écrit par des passionnés, donne envie d’en savoir plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Villard, « Richard Klein. Robert Mallet-Stevens : la villa Cavrois ; Robert Mallet-Stevens architecte ; Robert Mallet-Stevens : l’œuvre complète », Critique d’art [En ligne], 26 | Automne 2005, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1171

Haut de page

Auteur

Anne Villard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org