Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Brandon Taylor. Collage : l’invention des avant-gardes

Jean-Marc Poinsot
Référence(s) :

Taylor, Brandon. Collage : l’invention des avant-gardes, Paris : Hazan, 2005

Texte intégral

1L’histoire du collage de Brandon Taylor couvre presqu’un siècle depuis le proto-collage Le Rêve (1908) de Pablo Picasso jusqu’aux photomontages de Chieh-Jen Chen (2000).

2Ce proto-collage de Picasso n’est que l’usage d’une étiquette des magasins du Louvre comme support d’une scène évoquant Le Déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet. Par la suite vient l’émergence de ce que fut vraiment le collage dans le dialogue entre Georges Braque et Picasso, qui apparaîtrait, avec l’introduction de lettrages en 1911, avant les premiers véritables collages de 1912. Commence alors un parcours de l’histoire de l’art du XXe siècle au cours duquel Taylor engage une visite à nouveaux frais des œuvres, des documents. Il y glisse entre autres un développement à partir de la notion de faktura évoquée par Viktor Chlovski, qui est une occasion de réfuter l’assimilation des signes chez Picasso à des signes linguistiques arbitraires par Yve-Alain Bois et de lui opposer une véritable archéologie des liens entre les artistes russes et le formalisme autour des discussions de Roman Jakobson encore étudiant en linguistique, Velimir Khlebnikov, Alexei Kroutchenykh et Kasimir Malevitch. Taylor suivra par la suite Jakobson à Prague avec d’autres artistes au début des années 1920.

  • 1 Ce texte fut à l’origine de l’ouvrage qu’Aragon publiera ultérieurement sous le titre Les Collages, (...)
  • 2 Louis Aragon cité par Brandon Taylor p.70-71

3Après ce débat sur le signe dans l’avant-garde russe et d’Europe centrale, c’est celui « du procès de la personnalité » lancé par Louis Aragon dans sa préface1 à l’exposition de collages qu’il a organisée Galerie Goémans à Paris en mars-avril 1930. Dans les collages, « le peintre, s’il faut encore l’appeler ainsi, n’est plus lié à son tableau par une mystérieuse parenté physique analogue à la génération. » « L’art a vraiment cessé d’être individuel »2. Le collage ne produit pas seulement le « dépaysement » prôné par André Breton et l’on comprend qu’après cet aspect onirique développé avec Salvador Dalí, Joan Mir— et René Magritte, Taylor consacre par la suite un long développement à la sphère politique où sont référencés les photomontages et expositions d’El Lissitzky, Gustav Klutsis et Alexandre Rodtchenko. Ce chapitre sur les années 1930 comporte ainsi de nombreux éclairages inédits où les usages politiques les plus démagogiques trouvent leur place face à l’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg dans leur capacité à confronter dans une même composition une multitude d’images distinctes.

4La traversée de l’Atlantique s’effectue autour de l’organisation des premières expositions de collages à New York avec en premier lieu celle pour laquelle Peggy Guggenheim commande des œuvres nouvelles à Robert Motherwell, Jackson Pollock et William Baziotes (16 avril-15 mai 1943, Galerie Art of This Century), puis celle du MoMA en novembre-décembre 1948 qui donna lieu à une recension critique ambitieuse et très positive de Clement Greenberg. S’il évoque les travaux de Pollock, Lee Krasner et Allan Kaprow, Taylor n’aborde les suites dans le cadre du néodada et du Pop art qu’après le collage californien où Jess (Burgess Collins), Bruce Conner, et Ed Kienholz figurent dans un contexte où se poursuit un décloisonnement des arts renouant sans les connaître avec les expérimentations de Kurt Schwitters, John Heartfield ou Picasso.

5Le livre d’une grande richesse se développe encore dans les suites du Surréalisme en Angleterre, les nouveaux modes de vie urbains (Pop art, Nouveau réalisme), la contre-culture et les formes les plus récentes de l’après-collage. Taylor y écrit une histoire de l’art très personnelle et propose un parcours inédit, un élargissement de la problématique et de la géographie de l’art moderne.

Haut de page

Notes

1 Ce texte fut à l’origine de l’ouvrage qu’Aragon publiera ultérieurement sous le titre Les Collages, Paris : Hermann, 1993 (1965).

2 Louis Aragon cité par Brandon Taylor p.70-71

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Brandon Taylor. Collage : l’invention des avant-gardes », Critique d’art [En ligne], 26 | Automne 2005, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1153

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org