Navigation – Plan du site
Articles

Jean-Jacques Lebel

Patricia Brignone
Traduction(s) :
Jean-Jacques Lebel
Référence(s) :

Lebel, Jean-Jacques. A pied, à cheval et en Spoutnik : quelques écrits 1961-2009, Paris : Beaux-arts de Paris les éditions, 2009, (Ecrits d’artistes)

Lebel, Jean-Jacques ; Michaël, Androula. Happenings ou l’insoumission radicale, Paris : Hazan : Centre national des arts plastiques, 2009

Jean-Jacques Lebel : soulèvements, Lyon : Fage ; Paris : la Maison rouge, 2009

Texte intégral

1« Comment faut-il avancer dans l’œuvre prolifique de Jean-Jacques Lebel ? », s’interroge non sans raison Anne Tronche dans le texte d’ouverture du livre-catalogue Jean-Jacques Lebel : soulèvements. Devant, le vertige des propositions s’offrant aux « regardeurs »/lecteurs, sans doute faut-il un minimum de méthode, même si ce terme peut paraître aux antipodes de l’œuvre tentaculaire –voire rhizomatique– fondée sur une multiplicité sans centre, sinon celui fourni par Jean-Jacques Lebel lui-même, l’artiste, le « collecteur », l’« agitateur inspiré ». L’actualité éditoriale récente de et sur Lebel permet une approche raisonnée (sans doute trop raisonnable), d’une œuvre qui, refusant « la logique des étiquettes et des tiroirs » (Didier Semin), n’en est pas moins incontestablement structurée. Pour preuve, ces trois ouvrages qui, distinguant globalement trois types d’activités créatrices de J-J. Lebel (l’artiste/collecteur ; l’auteur de happenings ; le poète et écrivain), font apparaître une première approche possible de l’œuvre : son inscription dans l’histoire des avant-gardes.

  • 1 Cette vitalité relève du rayonnement des meilleures écoles de design, dont le rôle est souligné par (...)
  • 2 Cette exigence d’ordonnancement topographique, généalogique ou typologique du design, par delà le f (...)
  • 3 Seule lacune véritable dans ce panorama très complet : l’absence du design expérimental de Dunne et (...)
  • 4 Ainsi que l’ambitionne Wölfflin, alors que l’opposition moderne/postmoderne paraît transposer celle (...)

2« Mais on est en plein Dada ici » : c’est ainsi, rapporte Lebel1, que Marcel Duchamp présent lors du happening Déchirex en 1965, commenta ce à quoi il assistait en compagnie de son ami Man Ray. Si ce happening, comme tous les autres, n’a aucunement besoin du parrainage de Duchamp pour exister historiquement, avec sa singularité et sa nature scandaleuse (au sens étymologique du terme2), cette remarque va, pour Lebel, au-delà d’un simple trait d’esprit amusé. « Cette phrase [...] rétablit [...] une vérité aveuglante : le happening n’a pas été “inventé” par les américains, ni par les japonais, ni par je ne sais qui. Il est né en 1920 à Berlin à la Dada-Messe (la foire dada), puis en 1921 à Paris avec le procès de Maurice Barrès, square Saint-Julien-le-pauvre. »3 Cette filiation revendiquée avec Dada à propos du happening est en réalité inséparable de la nature libertaire de son engagement d’artiste, et excède sa proximité avec les surréalistes dont il fut brièvement le compagnon de route au milieu des années 19504.

  • 5 Braunstein-Kriegel, Chloé. « Géopolitique du design : nouveaux territoires, enjeux nouveaux », Qu’e (...)
  • 6 Favardin, Patrick. «  Le VIA, une évolution stylistique », VIA Design 3.0, op. cit., pp. 42-43
  • 7 On sait combien l’historiographie peine à se dépêtrer de l’ancienne dialectique entre le symbolique (...)
  • 8 Son livre fait fructifier, sans s’y soumettre, une très bonne connaissance de l’historiographie ang (...)
  • 9 Le Design européen depuis 1985, op. cit., p. 7

3La dimension « insurrectionnelle » puisée chez Dada, « saine révolte face aux cléricalismes de tous ordres » que l’on retrouve, selon Arnaud Labelle-Rojoux (Jean-Jacques Lebel : soulèvements, p. 133), dans ses happenings, ne se limite pas –ce qui est une autre approche du « monde Lebel » (Antoine de Galbert)– aux formes artistiques : les « aventures politiques, intellectuelles, affectives »5 sont en effet, pour Lebel, les moteurs essentiels, et disons même fondamentaux, de sa pratique. Il y eut « l’influence directe et déterminante de Breton »6, tout comme celle de Duchamp, Man Ray, Benjamin Perret, mais aussi les rencontres avec Henri Michaux, Allen Ginsberg, William Burroughs, Gregory Corso, Julian Beck, son amitié avec Erró, Allan Kaprow ou François Dufrêne, la proximité avec Gilles Deleuze et Félix Guattari. Cette attention portée aux autres, ces fraternités, ont fait de Lebel un « passeur », celui de la Beat Generation dans les années 1960 et vingt après, avec le festival Polyphonix, des formes les plus expérimentales de la poésie et de la performance ; mais aussi un « activiste » conséquent, engagé, au sens quasi militant du terme7, dans les grandes luttes politiques de l’après-guerre portées par l’Extrême-Gauche : celle de l’indépendance de l’Algérie ou de Mai 68 avec le « Mouvement du 22 mars » puis le groupe anarchiste « Noiret rouge ». Pourtant, ainsi que Félix Guattari le nota, « l’action sociale est demeurée pour lui inséparable de l’action poétique »8, et s’il est un troisième pôle, étant entendu que tous s’entremêlent, Lebel peut s’enorgueillir d’avoir libéré de sa somnolence livresque ou de la mièvrerie qui colle à ce mot, c’est bien celui de la poésie. Pas seulement par le biais des festivals de « poésie directe » qu’il organisa et la révélation pour toute une génération de la poésie Beat, mais par la nature même selon lui de la poésie, « ingouvernée », qui l’a conduit, en l’occurrence, à nous faire découvrir à travers le Victor Hugo tachiste, l’inventeur de la « peinture gestuelle » (Jean-Jacques Lebel : soulèvements, p. 23), ou de voir chez le vénitien du XVIIIe siècle Baffo, le révélateur de l’obscénité politique contemporaine9.

4La part érotique de l’œuvre de Lebel pourrait du reste toute entière se placer sous la tutelle de ce poète qualifié par Guillaume Apollinaire de « plus grand poète priapique qui ait jamais existé », lui qui, dans son œuvre apparaît –comme le souligne Guy Scarpetta– tel un « grand prêtre lubrique et enjoué » d’une sorte de « religion païenne » (Jean-Jacques Lebel : soulèvements, p. 176). Les happenings passés en revue dans Happenings ou l’insoumission radicale, de Pour conjurer l’esprit de catastrophe (1962) jusqu’à Sun Love (1967), l’installation « polymorphique et évolutive » Reliquaire pour un culte de Vénus (commencée en 1999) ou sa vidéo-installation Les Avatars de Vénus (2008), les commissariats des expositions Jardin d’Eros (1999) ou Picasso érotique (2001), tout le démontre : la surenchère sexuelle présente chez Lebel n’est rien d’autre qu’une ode constante à la liberté. D’où cette proclamation :« Il faut oser s’aventurer dans l’opacité d’Eros au-delà des préjugés moraux et « y perdre le nord, littéralement » (Jean-Jacques Lebel : soulèvements, p. 29) ; ce à quoi il excelle au travers de ces trois ouvrages.

Haut de page

Notes

1 Cette vitalité relève du rayonnement des meilleures écoles de design, dont le rôle est souligné par les auteurs, et de diverses initiatives prises par les designers eux-mêmes, comme la création du label Droog Design aux Pays-Bas. Le VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement) joue ainsi un rôle décisif pour l’émergence et la notoriété internationale du design français depuis trente ans. Le Centre Pompidou lui rend un hommage mérité dans le catalogue VIA Design 3.0 : 1979-2009, 30 ans de création de mobilier qui, dans le champ du mobilier et des objets domestiques, constitue ce que l’on appelle une somme.

2 Cette exigence d’ordonnancement topographique, généalogique ou typologique du design, par delà le foisonnement hétéroclite de ses objets qui en sature la perception, détermine la logique de nombre des ouvrages présentés. Les Sismo designers croisent ainsi quatre critères –rapport projet / forme, intégration des techniques, lisibilité des usages, implication sociale– afin de produire une grille de lecture de ce qu’est le design dans sa diversité de pratiques et d’objectifs.

3 Seule lacune véritable dans ce panorama très complet : l’absence du design expérimental de Dunne et Raby.

4 Ainsi que l’ambitionne Wölfflin, alors que l’opposition moderne/postmoderne paraît transposer celle du classique et du baroque.

5 Braunstein-Kriegel, Chloé. « Géopolitique du design : nouveaux territoires, enjeux nouveaux », Qu’est-ce que le design aujourd’hui ?, Paris : Beaux-Arts/TTM, 2009, p. 70

6 Favardin, Patrick. «  Le VIA, une évolution stylistique », VIA Design 3.0, op. cit., pp. 42-43

7 On sait combien l’historiographie peine à se dépêtrer de l’ancienne dialectique entre le symbolique –critique et le groupe fonctionnalité– usage. Ainsi Emmanuel Tibloux dont l’introduction au catalogue Who’s Afraid Of Design ? et la contribution à la dernière livraison d’Azimuts reconduisent l’axiologie qui place l’art dans une position de surplomb face au design. Ce dernier adopterait « une position tendanciellement consentante à travers un travail de recherche de formes et de processus qui place au premier plan la question de l’usage ». Ou quand le « tendanciellement » se fait quelque peu tendancieux.

8 Son livre fait fructifier, sans s’y soumettre, une très bonne connaissance de l’historiographie anglo-saxone, de Nikolaus Pevsner à Hal Foster (dont elle conteste la thèse de Design and Crime), en passant par Penny Sparke dont elle adopte la perspective féministe mais relativise l’analyse des relations entre design et consumérisme.

9 Le Design européen depuis 1985, op. cit., p. 7

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Brignone, « Jean-Jacques Lebel », Critique d’art [En ligne], 35 | Printemps 2010, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/110 ; DOI : 10.4000/critiquedart.110

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org