Navigation – Plan du site
Portrait

Portrait. Annette Messager

Bernard Marcadé

Texte intégral

Annette Messager (2005)Afficher l'image
Crédits : © Marie Clérin
  • 1 Voir par exemple Annette Messager : faire parade 1971-1995, Paris-Musées, 1995
  • 2 Cf. A.M. [Annette Messager], Bordeaux : capcMusée d’art contemporain, 1996
  • 3 Les épisodes de la vie et de l’activité d’A. Messager sont relatés dans la monographie écrite par C (...)

1L’entrée d’Annette Messager dans le monde de l’art s’est opérée, dès 19701, sous le signe de l’ambivalence, voire de la duplicité. A cette époque, A.M.2 avait divisé son petit appartement parisien du XIVe arrondissement en deux espaces : la salle à manger était consacrée aux travaux d’Annette Messager artiste, la chambre à coucher, aux activités d’Annette Messager collectionneuse3. Ce qui primitivement correspondait à une division pratique du travail (les objets sales et manipulables relevaient de « l’atelier » ; les revues, les listes, les découpages et la photographie en général, de l’espace de la chambre), est très vite devenu une décision artistique (la collectionneuse comme figure refoulée de l’artiste, la collection comme « antichambre » de l’art).

  • 4 Annette Messager : comédie tragédie, Grenoble : Musée de Grenoble, 1989

2La série des Chimères que l’artiste réalise au début des années 1980 est une manière d’éloge du métissage et du mélange des genres. « Coupeuse de têtes photographiées, dompteuse d’araignées de papier », A.M. se revendique truqueuse et falsificatrice. Avec Georges Méliès, dont elle partage le goût pour les « vues à transformation » et les substitutions, elle pense que « les artistes sont les voyageurs de commerce des mystères rationnels ». Ce qu’elle donne à voir avec ses Chimères, c’est l’éternelle, banale fascination des images, la persistance d’un imaginaire qui, des Apocalypses médiévales au Symbolisme, des contes de fées au Romantisme noir, de Blake et Goya à Hitchcock, traverse l’histoire de nos goûts et de nos cauchemars4.

3Les « monstres » construits de toutes pièces par A.M. n’ont rien d’extraordinaire. Constitués des fragments de corps prélevés dans l’entourage immédiat de l’artiste, ils se font les cruels et dérisoires témoins de notre précarité de nature. Ses Petites effigies, ses Trophées, et ses Vœux expriment bien, à la fin des années 1980, une expérience du corps qui ne peut s’incarner que sur le mode de la dépouille et du fragment. Entre blason et ex-voto, cette mise en pièces jubilatoire n’en constitue pas moins une ode amoureuse au corps humain.

  • 5 Voir Annette Messager : les messagers de l’été (Cluny : Office municipal de la culture, 1999) ou An (...)

4Les Dissections et les Dépouilles qu’A.M. réalise dans les années 1990 à l’aide d’animaux en peluche, renvoient à la « magie noire » propre au monde de l’enfance5. Ces « objets transitionnels » deviennent les supports de cruelles manipulations de l’ordre de la possession amoureuse. Eventrés, déchirés, défigurés, ces guenilles et ces oripeaux constituent désormais des « compositions » qui tiennent à la fois de l’écorché et du trophée.

  • 6 Annette Messager : sous vent, Paris : Paris-Musées, 2004
  • 7 Annette Messager : casino, Paris : Paris-Musées ; Xavier Barral, 2005

5Depuis la Dokumenta 11, en 2002, l’artiste a introduit dans son œuvre une dimension cinétique et technologique qui semble entrer en conflit avec le caractère à la fois « bricolé » et « gelé » de ses installations précédentes. Bien que technologiquement sophistiquées, les œuvres récentes d’A.M. (Sous vent6 en 2004 au couvent des Cordeliers, ou Casino7 en 2005 pour lequel l’artiste a reçu le Lion d’or de la dernière biennale de Venise) semblent cependant davantage relever de l’esthétique foraine et de la « fantasmagorie » que du monde virtuel de la science-fiction.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Annette Messager : faire parade 1971-1995, Paris-Musées, 1995

2 Cf. A.M. [Annette Messager], Bordeaux : capcMusée d’art contemporain, 1996

3 Les épisodes de la vie et de l’activité d’A. Messager sont relatés dans la monographie écrite par Catherine Grenier : Annette Messager [Paris : Flammarion ; CNAP, 2000, (La Création contemporaine)]

4 Annette Messager : comédie tragédie, Grenoble : Musée de Grenoble, 1989

5 Voir Annette Messager : les messagers de l’été (Cluny : Office municipal de la culture, 1999) ou Annette Messager : hors jeu (Arles : Actes Sud ; Nantes : Musée des beaux-arts, 2002).

6 Annette Messager : sous vent, Paris : Paris-Musées, 2004

7 Annette Messager : casino, Paris : Paris-Musées ; Xavier Barral, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Marcadé, « Portrait. Annette Messager », Critique d’art [En ligne], 28 | Automne 2006, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1082 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1082

Haut de page

Auteur

Bernard Marcadé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org