Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Johann Joachim Winckelmann. De la description

Tania Vladova
Référence(s) :

Winckelmann, Johann Joachim. De la description, Paris : Macula, 2006, (La Littérature artistique)

Texte intégral

1Le titre, dont l’actualité frappe, annonce d’emblée la modernité attribuée aux écrits de Johann Joachim Winckelmann. C’est un recueil de textes du chantre de la noble grandeur et de la calme sérénité antiques, choisis, traduits et savamment annotés par Elisabeth Décultot. Il en va de : « Observations sur la contemplation des œuvres d’art » (1759), traduit de façon « approximative » en français dès 1760 ; « Sur la faculté de sentir le beau dans l’art et sur son enseignement » (1763), inédit en français ; et trois des plus célèbres descriptions de Winckelmann de statues antiques : l’Apollon du Belvédère, le Torse du Belvédère et le Laocoon (rédigé 10 ans avant la publication du célèbre ouvrage de Gotthold Ephraim Lessing). Les trois descriptions, dans les versions choisies, datent des années 1755-66. En annexe figurent un court extrait de la célèbre Plastique de Johann Gofftfried Herder, un extrait du roman de l’écrivain Wilhelm Heinse Ardinghello et les îles bienheureuses (1787, trad. remaniée) et deux courts textes de Karl Philipp Moritz : « Voyages d’un Allemand en Italie (Apollon du Belvédère) » et « Dans quelle mesure les œuvres d’art peuvent-elles être décrites ? ». Les annexes sont là pour remettre en question les célèbres descriptions d’œuvres antiques proposées par Winckelmann, et cela parfois de façon très critique. C’est le cas de Moritz, qui y voit « plus de tort à la contemplation » des œuvres que d’utilité.

2Si le problème de la description est aujourd’hui au centre des sciences humaines et sociales, les écrits de Winckelmann, considéré comme l’inventeur de la description moderne de l’œuvre d’art, permettent de poser des problèmes bien précis liés au statut de la description. L’introduction de Décultot, dont le travail de traduction et la rigueur de l’analyse méritent d’être salués, invite, à la suite des textes choisis, à problématiser le passage de l’objet à sa description (en l’occurrence des formes plastiques aux mots).

3Bien que Winckelmann entame ses premières descriptions dans l’horizon de l’unité idéale des systèmes d’expression de l’ut pictura poesis, la rencontre empirique avec les œuvres antiques qu’il effectue à Rome en 1855 fait évoluer ses réflexions vers la matérialité propre aux sculptures. Ses écrits peuvent ainsi être projetés au-delà de l’âge classique de la description. Décultot met bien en évidence les tensions qui animent la pensée de l’historien de l’art allemand et la nouveauté de sa démarche qui s’écarte par bien des points de la doctrine classique de l’ekphrasis.

4Sont soulignés la tension entre description idéale et sensible, l’abandon progressif de la distance rationnelle vis-à-vis de l’œuvre et l’éloignement du protocole descriptif prédéfini formulé par André Félibien des Avaux. Entièrement tournée vers la réception et non vers la création, la démarche descriptive winckelmanienne se revendique d’une union profonde qui lie l’œuvre et l’âme du regardeur et qui sera conceptualisée au XIXe siècle grâce à la notion d’Enfühlung. Le recueil souligne à la fois la modernité et la fragilité de Winckelmann, écartelé entre classicisme et néo-classicisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tania Vladova, « Johann Joachim Winckelmann. De la description », Critique d’art [En ligne], 28 | Automne 2006, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1059

Haut de page

Auteur

Tania Vladova

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org