Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Annette Messager. Mot pour mot

Bernard Marcadé
Référence(s) :

Messager, Annette. Mot pour mot, Dijon : Presses du réel ; Londres : Violette, 2006

Texte intégral

1Démarche originale que cette publication, soigneusement éditée par Marie-Laure Bernadac, centrée autour des relations labyrinthiques qu’Annette Messager entretient avec l’écriture. En effet, à la lecture du livre, on s’aperçoit que l’ensemble de l’œuvre de l’artiste est traversé par le langage, l’écriture et les mots. La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’usage de l’écriture sous toutes ses formes dans l’œuvre d’A.M. (lettres, mots, textes, manuscrits ou imprimés). On y retrouve bien sûr une grande partie de ses albums-collections des années 1970 (Les hommes que j’aime, Les hommes que je n’aime pas, Mes clichés témoins, Les approches…), les « mots-dessins » et les « dessins de mots » des années 1980 (Mes petites effigies, Mes vœux…), mais aussi les « mots cousus » de ses grandes installations des années 1990 (Dépendance-indépendance, Plaisir-déplaisir…) ou les « écritures à l’ordinateur des années 2000. La deuxième partie est consacrée aux notes de l’artiste sur son travail, la plupart inédites. On y perçoit l’esprit à la fois sentimental et caustique qui est au cœur de sa démarche. « J’aime le Canada Dry, j’aime le carambolage des styles, le mélange des genres, l’art bâtard, la peinture catastrophe. » La dernière partie de l’ouvrage rassemble les entretiens qu’A.M. a accordés pour les journaux ou les catalogues d’exposition, dont une interview inédite de 1974 avec Harald Szeemann qui montre déjà une conscience aiguë du caractère à la fois intime et universel des images qu’elle manipule. « Quand je vois mes albums, je ne reconnais plus mon travail. C’est vraiment comme si c’était quelqu’un d’autre qui les avait faits. » Dans son introduction, « L’écriture, mode d’emploi », M-L. Bernadac développe l’idée que les différentes procédures d’écriture mises en œuvre par l’artiste (recopiage, calligraphie, listes et sculptures de mots…) sont pour la plupart issues de l’esthétique du banal et du quotidien et « donnent naissance à des textes inclassables, à mi-chemin entre la littérature du fait divers, du roman-photo, l’esprit du dadaïsme et du surréalisme et les maximes poétiques à usage personnel ». Elle reconnaît dans cet usage récurrent du langage et des jeux de mots « une caractéristique d’un certain art français issu d’Alfred Jarry, d’Alphonse Allais, du Flaubert de Bouvard et Pécuchet et de l’almanach Vermot. ». A l’instar de Marcel Duchamp qui disait avoir été davantage influencé par la littérature que par la peinture, Annette Messager, qui se revendique par ailleurs « voleuse de mots », admet que pour ses œuvres elle « n’est jamais partie d’une couleur ou d’une forme, mais toujours d’un mot ». L’art d’A.M. ne relève pas pour autant d’un art littéraire, car elle donne un corps visuel aux mots. « Le mot a un corps, écrit M-L. Bernadac, il a un poids, il est susceptible de toutes les transformations et métamorphoses. En sculptant ces mots Annette Messager montre que pour elle, l’écriture est profondément incarnée, liée au corps et à la peau, à l’intérieur et à l’extérieur. “Tout mon travail, dit-elle, ne parle que du corps”. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Marcadé, « Annette Messager. Mot pour mot », Critique d’art [En ligne], 28 | Automne 2006, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1053

Haut de page

Auteur

Bernard Marcadé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org