Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Eric Alliez, L’Oeil-cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne

Suzanne Hême de Lacotte
Référence(s) :

Eric Alliez, L’Oeil-cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne, Paris : Vrin, 2007, (Essais d’art et de philosophie)

Texte intégral

1Entre 1997 et 2000, Eric Alliez a dirigé un séminaire d’esthétique à l’Akademie der Bildenden Künste de Vienne. L’Oeil-Cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne en reprend la structure et le contenu, enrichis d’interventions à l’Université de Warwick en 1999, et au Collège International de Philosophie à Paris en 2000-2001, dans le cadre des séminaires de Jean-Clet Martin.

2La modernité en peinture se définit, pour E. Alliez, dans son association avec le statut psychophysiologique de la perception, et plus précisément en lien avec une réflexion sur l’hallucination, dont Hippolyte Taine fait figure de chef de file : « c’est l’énoncé directeur de Taine, qui fait fond sur une immense littérature scientifique : toute perception, toute image, toute sensation est par nature hallucinatoire ». Les cinq peintres étudiés dans l’ouvrage -Eugène Delacroix, Edouard Manet, Georges Seurat, Paul Gauguin et Paul Cézanne- ont pour trait commun d’inscrire leur travail dans le cadre d’un questionnement artistique sur le statut du visible devenu pur « visuel » ; autrement dit, l’œil, libéré « de son caractère d’organe fixe et de sa fonction de représentation », laisse le champ libre à une utilisation expressive de la couleur. Les prémices de cette nouvelle conception de la perception figurent chez Johann Wolfgang von Goethe : contre l’objectivisme newtonien, mais également contre le subjectivisme radical d’Arthur Schopenhauer, il élabore une théorie des couleurs selon laquelle la perception se jouerait entre le subjectif et l’objectif. Plus précisément, la couleur serait un « champ intermédiaire entre le dedans et le dehors, un plan sur lequel ils tendent à devenir indiscernables et qui peuplent le monde d’événements impersonnels, présents dans l’insularité de tout œil. » Ce qui se joue alors, et qui fonde la modernité, serait le retrait du sujet -compris non seulement au sens psychologique de « tempérament », mais aussi comme centre perceptif localisé- au profit d’un décentrement de la perception devenue « machinique ». C’est dans cette perspective que l’auteur étudie le projet de G. Seurat d’« objectiver le subjectif », et c’est à cette occasion qu’il convoque la photographie comme mise en tension du pictural. La disparition du sujet s’accompagne d’une redécouverte de la matière, qu’elle soit comprise comme « unité vibratoire du monde et constitution moléculaire de toute chose » chez E. Delacroix, « idée d’une vie neutre dans un monde distant et silencieux » chez E. Manet, « tissu moléculaire anonyme dont [les figures] ne sont que des variations » chez G. Seurat, ou comme « fond indiscernable en lequel [toute figure] baigne, endormie, en réserve de l’œil halluciné » chez P. Gauguin. Le regard du peintre doit alors de se tenir au plus près de la matière pour devenir cet « œil concentrique placé dans les choses » cher à P. Cézanne.

3L’œil cerveau interroge, en droite ligne avec les réflexions de Gilles Deleuze, les rapports de la philosophie avec la non-philosophie (en l’occurrence, ici, la peinture). Mais vu le nombre de concepts empruntés au philosophe et réutilisés sans réelle perspective critique, la dimension laudative de l’ouvrage prend le dessus. Cette omniprésence gène quelque peu la lecture : on aurait apprécié qu’E. Alliez s’émancipe davantage de cet héritage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Hême de Lacotte, « Eric Alliez, L’Oeil-cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne », Critique d’art [En ligne], 30 | Automne 2007, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1009

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org